Jean Todt et Michelle Yeoh

Michelle Yeoh, actrice et productrice oscarisée reconnue de l’Asie à Hollywood, et Jean Todt, figure mondiale du sport automobile, forment un couple engagé en soutien de multiples causes humanitaires, notamment auprès des Nations Unies depuis une dizaine d’années. 

Célèbre pour avoir joué dans plus de 60 films dont Tigre et Dragon, The Lady, James Bond – Demain ne meurt jamais, ou encore récemment Everything Everywhere All At Once, Michelle Yeoh est désormais ambassadrice pour le programme onusien de sensibilisation aux objectifs de développement durable. Fort de sa carrière débutée en rallye puis consacrée à diriger l’écurie de Formule 1 Ferrari ainsi que la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), Jean Todt assure pour sa part la mission d’envoyé spécial des Nations Unies pour la sécurité routière tout en siégeant au comité directeur de l’Institut international de la Paix. 

En parallèle, le couple est également engagé dans plusieurs associations caritatives intervenant dans la recherche médicale. Tous deux sont particulièrement investis au sein de l’Institut du Cerveau et de la Moëlle épinière (ICM). 

Sun Yiwen

 

Je suis Sun Yiwen, escrimeuse. Je suis très honorée d’être la marraine du Mois de la francophonie, à la veille des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris.

Mon lien avec la langue française s’est tissé grâce à l’escrime, sport que je pratique avec passion. Originaire d’Europe et s’étant développée en France, l’escrime est une discipline arbitrée en français dans toutes les compétitions internationales. Je pense pouvoir dire que le français retentit là où l’art de l’escrime rayonne.

En tant qu’escrimeuse professionnelle, je suis imprégnée par cette langue. En effet, les escrimeuses et escrimeurs apprennent tous un peu de français, non seulement pour son usage à l’entraînement et en compétition, mais aussi pour à la fois mieux connaître ce sport et découvrir la culture de cette langue. Plus qu’une langue, le français représente le lien solide qui me relie à l’escrime, à mes rêves et au monde.

Cette année le Mois de la francophonie a pour thème « La francophonie en forme Olympique ! », en écho aux JOP de Paris. Cet été, je me rendrai sur les bords de la Seine pour mon troisième voyage olympique. Je me réjouis déjà de voir, sous la flamme olympique, davantage de personnes découvrir le charme du français, langue officielle des JOP, ainsi que le courage et la sagesse, valeurs transmises par l’escrime et le sport.

 

 

Tan Zhuo 

Actrice chinoise, Tan Zhuo a commencé sa carrière en interprétant le rôle principal dans le film Nuits d’ivresse printanière du réalisateur Lou Ye en 2009, une prestation qui lui a valu une nomination de meilleure actrice à la 62e édition du festival de Cannes. Elle a joué depuis dans plus de 40 films et séries télévisées chinoises, sélectionnées dans de nombreux festivals internationaux. Tan Zhuo jouit d’une très bonne réputation auprès du grand public grâce à ses talents de comédienne et sa capacité à interpréter des rôles variés. 

 

 

Tan Zhuo s’engage également dans la création artistique. En tant qu’artiste, elle explore à travers ses œuvres le lien entre l’être humain, l’environnement et l’univers. Ses trois œuvres d’art contemporaines Infinitely Possible BAGUETTE, Afternoon tea, Revelation ont été exposées dès 2020 à Shanghai Exhibition Center, à TANK Shanghai et à l’occasion de Beijing Biennale. 

 

Tan Zhuo s’investit depuis de nombreuses années dans la protection de l’environnement. Outre sa participation à des activités organisées par des institutions telles que la WWF (World Wildlife Fund), elle s’applique à promouvoir la conscience environnementale et le bien-être social dans la vie quotidienne. Elle s’intéresse en particulier à l’éducation de la prochaine génération, en commençant par son propre enfant avec qui elle ramasse des déchets lors de ses randonnées en montagne ou qu’elle encourage à placer des bacs de recyclage dans son quartier afin de permettre à tous d’adopter comportements respectueux de l’environnement.  

 

Concours des jeunes créateurs Pierre Cardin

Dans le cadre de la célébration du centenaire de la naissance du célèbre couturier Pierre Cardin, le «  Concours des jeunes créateurs Pierre Cardin  » en Chine sera ouvert aux étudiants des grandes écoles de mode chinoises.

Le concours offre au lauréat un stage au siège parisien et la possibilité de rejoindre une équipe de création, dans le but de sélectionner des designers pour une collaboration à long terme. 

Dr. Piao Shilong, parrain de la Fête de la science 2022

Professeur à l’école des sciences urbaines et environnementales de l’université de Pékin, Dr. Piao Shilong est élu en 2021 membre de l’Académie des sciences de Chine, au département de sciences de la terre. Il a fait un séjour postdoctoral entre 2004 et 2007 au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE, UMR 8212, CEA-CNRS-UVSQ), avant de rejoindre l’université de Pékin où il avait effectué ses études universitaires jusqu’à l’obtention d’un doctorat.

Sa recherche concerne essentiellement le changement de la planète et les interactions des écosystèmes terrestres. Membre de Comité de rédaction des revues scientifiques telles que Global Change Biology et Agricultural and Forest Meteorology, il a été également membre du comité de pilotage scientifique du Global Carbon Project, et auteur principal des 5e et 6e rapports d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU.

Message à la fête de la science française :

《Je souhaite que la Fête de la science française suscite davantage d’attention en Chine, et incite les jeunes français et chinois à s’impliquer dans la science et se mobiliser ensemble pour relever les défis du changement climatique.》

Huang Xuan

 

« Le réchauffement climatique fragilise l’océan et rompt l’équilibre de la diversité marine. Alors que la biodiversité est menacée par la pollution plastique, les rejets d’eaux usées et autres pollutions environnementales, qui déstabilisent encore davantage l’équilibre des écosystèmes et affectent nos vies.

 

Je suis très honoré d’être le parrain de cette édition du Mois franco-chinois de l’environnement. En tant que personnalité publique, j’ai la responsabilité et le devoir de faire connaître et de participer à de telles activités en lien avec la protection de l’environnement. J’espère que par ma voix, davantage de gens pourront accroître leur sensibilisation à la protection de l’environnement.

 

Dans ma vie personnelle, je commence par des petits gestes. Par exemple, quand je voyage, que je fais de la randonnée ou du camping, j’amène toujours des sacs poubelles avec moi et ramasse les déchets laissés à l’extérieur. Je participe également à des activités d’intérêt général liées à la protection de l’environnement.. Lors de la Journée mondiale des océans cette année, j’ai effectué le doublage en chinois d’une vidéo produite par WildAid appelant à protéger tous ensemble la biodiversité marine.

 

Cette année, le Mois franco-chinois de l’environnement présentera des documentaires et des films liés à la protection de l’environnement. Je suis convaincu que ces films inspireront beaucoup de gens et je les attends moi-même avec impatience. »

 

 

Huang Xuan, né à Lanzhou en 1985 et diplômé de l’académie de danse à Pékin, est un acteur chinois. Il a débuté sa carrière d’acteur en 2007, en jouant le rôle principal du film The Shaft. En 2014, Huang Xuan a remporté le prix du meilleur acteur au 15Festival du film de Las Palmas et le prix du nouvel acteur au 10Forum vidéo de la jeunesse chinoise pour son film Blind Massage. De plus, les séries télévisées dans lesquelles il joue le rôle principal  telles que Red SorghumLégende de Mi YueLes InterprètesMinning Town, et bien d’autres – ont obtenu un grand succès. En 2021, il a été nominé pour le prix Magnolia du meilleur acteur pour sa série télévisée Minning Town. Dans la même année, Huang Xuan a remporté le Golden Crane Award du meilleur acteur au 34Festival international du film de Tokyo en jouant l’un des rôles principaux dans le film 1921.

Dès le début de sa carrière, Huang Xuan s’engage très activement pour défendre des causes humanitaires et des œuvres caritatives. Il a été parrain du programme national de Lutte contre le tabagisme et de SEE (Society of Entrepreneurs & Ecology) pour promouvoir la protection de l’environnement et a également parrainé le projet Love Cinema-Barrier-Free Movie Viewing, ayant pour objectif d’aider les personnes malvoyantes à entrer dans les cinémas. Il a participé au projet d’aide sociale Poverty Alleviation- Starlight Action. Depuis 2017, il est parrain de Wild Aid et s’est exprimé à plusieurs reprises pour sensibiliser à la protection de la biodiversité. Pour la journée mondiale de l’océan du 8 juin 2022, il a effectué le doublage en chinois de la vidéo réalisée par WildAid, intitulée Making the promise of Marine Protected Areas Real, diffusée largement en ligne et sur les réseaux chinois.

Huang Bo - Parrain du festival Croisements 2023

Huang Bo est acteur, réalisateur et vice-président de l’Association du cinéma chinois. Il a interprété au cours des 20 dernières années de nombreux rôles populaires à l’écran, qui lui ont valu la reconnaissance de ses pairs et du public.

Étant l’un des acteurs chinois contemporains les plus emblématiques, Huang Bo a reçu plusieurs récompenses pour son travail en Chine et à l’étranger, comme le prix du meilleur acteur au Festival international du film de Shanghai et aux Golden Horse Awards, ou celui du meilleur acteur dans un second rôle aux Asian Film Awards.  Ses principales œuvres comprennent : Crazy Stone, Cow, Lost in Thailand, Dearest, Mojin: The Lost Legend, The Island.   

Huang Bo participe depuis très longtemps aux évènements d’échanges cinématographiques franco-chinois. Il était présent en 2010 à la 7e édition du Panorama du cinéma français pour recommander des films français au public chinois et au 3e Festival du film chinois en France en 2013 à Paris, pour promouvoir le cinéma chinois auprès du public français. Huang Bo était également au Festival de Cannes en 2015, où il a présenté le film Mojin: The Lost Legend, . Huang Bo cherche à explorer de nouvelles pistes de création artistique et à développer de nouvelles collaborations avec des artistes français, pour contribuer au renforcement des coopérations culturelles et artistiques entre nos deux pays.  

Lancement du Mois de la francophonie à Shanghai

Le 2 mars, la résidence consulaire de France villa Basset a accueilli l’ouverture du 27e Mois de la francophonie à Shanghai, organisé par le service universitaire du consulat et coordonné par l’Institut français de Chine partenariat avec les ambassades et les représentations diplomatiques et consulaires francophones. L’objectif de ce festival est de promouvoir la francophonie auprès d’un public le plus large possible à travers la culture, le sport et la paix.

Cette année, le Mois de la francophonie a pour thème « Participer ». Il s’inscrit ainsi dans l’esprit de la devise olympique, rendu célèbre par Pierre de Coubertin : « L’important c’est de participer ».

Dans son discours, M. Joan Valadou a rappelé ce qu’était francophonie : « La francophonie [..], c’est bien sûr une pratique et un amour en commun de la langue française. Mais c’est bien plus que cela. Ce sont des valeurs partagées de diversité linguistique et culturelle, d’échange et de respect mutuel. Dans le monde actuel, ces valeurs sont plus que jamais essentielles ».

La programmation des événements du Mois de la francophonie, coordonnée par le service universitaire du consulat, a été faite avec les consulats de Belgique, de Suisse, du Luxembourg, de Roumanie, du Canada et le Bureau du Québec à Shanghai.

Pendant le mois de mars, la francophonie sera donc célébrée dans toute la Chine, et dans la circonscription à Shanghai, notamment à travers des projections de films, des rencontres littéraires, des conférences, des ateliers de cuisine, des événements sportifs, etc. A cela, il convient d’ajouter les concours récurrents de déclamation de poésie et de chanson francophones, organisés par l’Alliance française de Shanghai. Comme l’année dernière, Shanghai accueillera la finale du concours de la chanson francophone le 1er avril, événement qui clôturera le Mois de la francophonie.

La francophonie se porte bien à Shanghai et dans le delta du Yangzi, grâce notamment aux 27 facultés ou départements de français des universités de la région, mais aussi aux écoles, collèges et lycées qui, de plus en plus nombreux, ont ouvert des filières de français. Le renforcement de l’enseignement du français dans le secondaire est en effet une priorité de l’ambassade de France.

La pandémie nous a contraints d’annuler toute la programmation du Mois de la francophonie l'année dernière. Avec la fin de la pandémie, nous sommes heureux de pouvoir de nouveau organiser des événements en présentiel et impatients d’aller à la rencontre du public chinois.

 

Rencontre littéraire sur Maryse Condé

Le 8 mars, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes et dans le cadre du Mois de la francophonie, le consulat général de France à Shanghai a organisé une rencontre littéraire sur l'écrivaine Maryse Condé, une grande voix de la littérature française et francophone féministe, à la résidence consulaire.

M. Joan Valadou, consul général de France à Shanghai, a ouvert l’événement en indiquant l’importance de la Journée internationale des droits des femmes. En France, M. Emmanuel Macron, président de la République, a fait de l’égalité femmes-hommes la grande cause de son premier et de son second mandats.

Il souhaite en effet que cette grande cause remplisse pleinement sa fonction, celle de faire de la société française une société plus égalitaire, plus juste. Le consul général a cité l’exemple du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, où les femmes sont désormais davantage représentées et occupent de plus en plus de postes à responsabilités. Le Quai d’Orsay compte aujourd’hui 30 % d’ambassadrices contre 11 % il y a dix ans.

De plus, le gouvernement a adopté une "diplomatie féministe". Depuis 2019, cela se traduit par un volontarisme certain dans la mise à l'agenda des droits des femmes lors de sommets internationaux et le lancement d'initiatives spécifiques. Toutefois, la France doit poursuivre ses efforts pour l’égalité entre les femmes et les hommes, pour les droits des femmes et dans la lutte contre les violences conjugales. L’égalité femmes-hommes est un combat de tous les jours qui doit être mené dans tous les domaines (législatif, éducatif, social, économique, etc.). Le consul général a conclu son allocution en saluant la présence des hommes à l’événement littéraire car dans ce combat au long cours pour l’égalité les hommes sont indispensables. 

L’intervenant était M. Maxime Philippe, professeur associé en langue et littérature françaises à l’Université de Shanghai. Titulaire d’une thèse de doctorat sur le théâtre d’Antonin Artaud de l’Université Mc Gill (Canada), il s’intéresse entre autres aux écrivains d’expression française, notamment antillais tels que Edouard Glissant et Maryse Condé. 

M. Maxime Philippe a commencé son intervention en retraçant la vie de l’écrivaine guadeloupéenne. Née en 1937 à Point-à-Pitre, Marise Condé a grandi dans une famille bourgeoise noire et a baigné dans la culture française dès son enfance. Enseignante, elle a vécu aux Antilles, en France, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Ghana et aux Etats-Unis avant de s’installer définitivement en France et de se consacrer exclusivement à l’écriture. L’intervenant a ensuite présenté son œuvre, une œuvre riche et multiple qui traverse les genres littéraires et les continents et qui regroupe romans, essais, nouvelles, pièces de théâtre et livres pour enfants. Enfin, la troisième partie de la présentation de M. Maxime Philippe portait sur le féminisme dans son œuvre. Il s’est attardé sur ses ouvrages qui parlent des femmes ou qui leur sont consacrés. C’est ainsi le cas de La Parole des femmes, un ouvrage qui étudie les œuvres de plusieurs romancières des Caraïbes de langue française afin de découvrir le regard qu’elles portent sur elles-mêmes, sur leur pays et leur société et d’appréhender les problèmes qu’elles affrontent. Il a appuyé ses propos par la lecture d’extraits de Parole des femmes et Victoire, les saveurs et les mots. Si Maryse Condé ne se revendique pas elle-même féministe, dans ses livres elle questionne la place des femmes dans nos sociétés. 

La rencontre, proposée par le service universitaire, était animée par Mme Séverine Boué, attachée de coopération scolaire et universitaire au consulat général de France à Shanghai. La rencontre s’est poursuivie par des échanges avec le public composé d’enseignants-chercheurs et d’étudiants de langue et de littérature françaises des universités de Shanghai, d’élèves du Lycée français de Shanghai, de membres de l’Alliance française, de représentants des consulats de plusieurs pays francophones, etc.

Maryse Congé a publié une trentaine de romans couronnés par de nombreuses récompenses telles que le grand prix littéraire de la Femme en 1986, celui de l’Académie française en 1988 pour son livre La Vie scélérate, récit autobiographique de son enfance, le prix Marguerite-Yourcenar en 1999 et le Nouveau prix académique de littérature (Nobel dit « alternatif ») en 2018. 

La Fémis 2023 - Appel à candidatures | Université d'été 2023 de La Fémis

Appel à candidatures | Université d'été 2023 de La Fémis 
 
Vous êtes jeune réalisateur.trice ou étudiant.e en cinéma ? Participez au concours Université d’été 2023 de La Fémis !

La Fémis, École nationale supérieure des métiers de l’Image et du Son, organise, comme chaque année, son université d’été.

Cette université d’été est une formation pour 12 à 15 jeunes réalisateur.trice.s ou étudiant.e.s en cinéma souhaitant compléter leur formation et leurs connaissances techniques ainsi que perfectionner leur pratique du cinéma documentaire en France. Elle se déroule durant deux mois du mercredi 12 juillet au vendredi 8 septembre 2023 inclus.

L’Université d’été de La Fémis est une réelle opportunité de rencontre et de pratique du cinéma dans un cadre d’expertise reconnu mondialement. Le ou la candidat.e sélectionné.e par la Fémis pourra bénéficier d’une bourse de la part de l’ambassade de France en Chine, couvrant l’hébergement en France, le billet d’avion aller-retour, et les frais de scolarité.

 

 

Conditions

  • La pratique courante de la langue française écrite, parlée, lue est obligatoire.

  • Les candidats doivent être âgés de moins de 27 ans au 1er janvier 2023.

  • Le candidat doit actuellement résider en Chine continentale et avoir la nationalité chinoise.

 

 
Calendrier

3 avril 2023

La Fémis
Date limite de candidature auprès des Services culturels ou Institut français -transmission des dossiers à la Fémis

Mi-mai 2023

 
Publication de la liste des admis à la formation

11 juillet 2023

 
Arrivée des stagiaires à Paris

12 juillet 2023

 
Premier jour de la formation

8 septembre 2023

 
Dernier jour de la formation

9 septembre 2023

 
Retour dans leur pays d'origine
 

 

 

 

Ci-dessous vous pourrez retrouver la présentation de l’Université d’été et le dossier de candidature :
 

la présentation de l’Université d’été
 

le dossier de candidature
 
 
Le dossier de candidature comprenant toutes les pièces demandées est à remettre aux Services culturels de l’ambassade de France en Chine avant le 24 mars 2023.
Pour déposer votre candidature, veuillez contacter :
Mlle. Olivia WONG : olivia.wong@institutfrancais-chine.com
 

 

 

 

 

La francophonie en chanson

 

Le mot chanson a une belle traduction en chinois. En effet, le mot 香颂 (prononcé Xiāng Sòng) signifie « le chant parfumé » et désigne un ensemble de genres de compositions musicales en langue française.
 
En 2023, la francophonie est aussi célébrée en musique et chanson francophones ! Nous vous invitons à découvrir les artistes représentants le meilleur de la scène francophone d’aujourd’hui.

 

 Une pop à la fois fraiche et puissante

 

Angèle, jeune chanteuse pop belge, vient de remporter le prix de la meilleure artiste féminine aux Victoires de la musique 2023. Née dans une famille de musiciens, son père est le chanteur francophone Marka, et son frère le rappeur Roméo Elvis. Malgré une image très douce, Angèle est une artiste très engagée sur les questions féministes. Dans Balance ton quoi, le sixième single de son premier album Brol, elle dénonce le sexisme. Le titre fait référence au mouvement #BalanceTonPorc.

 

Deux fois gagnante du prix de la meilleure artiste féminine de l’année en 2020 et 2022 aux Victoires de la musique, Clara Luciani, est, à 30 ans une femme de son époque : forte, pétillante, mais aussi profonde. Depuis qu’elle a lancé sa Grenade en 2018, l’artiste partie de rien est désormais partout. Pour elle, « chanteuse populaire, c’est le plus beau compliment qu’on puisse me faire ».

 

 

Un flow irrésistible

 
Aya Nakamura, née Aya Danioko au Mali, est l'une des artistes francophones les plus vendues au monde. Son tube Djadja a été vu plus de 900 millions de fois sur YouTube. Elle est aujourd’hui saluée pour son flow et ses chansons sur l'autonomisation des femmes et l'identité noire. Ses paroles mélangent le français, l'argot, l'arabe et la langue natale de sa famille, le bambara. Son dernier album, baptisé DNK comme les consonnes de son nom de famille, est sorti le mois dernier.

 

Gims (anciennement Maître Gims) est un rappeur congolais. Après avoir été membre du groupe de hip-hop Sexion d’Assaut, il poursuit une carrière individuelle sous le nom de Maître Gims. En 2013, il sort son premier album, Subliminal, qui se vend à plus d'un million d'exemplaires et culmine à la deuxième place du classement des albums français.

 

Un son électro inclassable

 

 

Stromae est un auteur-compositeur-interprète et producteur belge. Il se fait remarquer par un style mêlant thèmes mélancoliques et musiques dansantes. Il maîtrise aussi bien la pop que le genre EDM, l’électro house, la pop-rap et la disco house. Après une pause dans sa carrière entre 2016 et 2021, il est revenu en 2022 avec son nouvel album Multitude, qui lui a permis de remporter l’album de l’année et le prix du meilleur artiste masculin de l’année aux Victoires de la musique 2023. Le second single de l’album, L’Enfer, raconte le mal-être vécu par Stromae durant sa pause artistique, et qu'il continue de ressentir.
 
 
 
FKJ (French Kiwi Juice), de son vrai nom Vincent Fenton, est un musicien et chanteur franco-néo-zélandais. FKJ démarre en publiant ses morceaux sur Soundcloud. Il se fait tout d'abord connaître en 2012, avec la sortie de son premier titre, de style néo-house, Lying Together qui rencontre le succès dans les discothèques. Ses productions affirment un style relax, marqué par la langueur, avec des influences funk, jazz, soul et électroniques. Multi-instrumentiste, FKJ joue seul sur scène, jonglant entre machines et clavier, guitare ou saxophone. FKJ est décrit comme un pionnier et un porte-étendard d'un nouveau genre de house française.
 
 
 

Pour approfondir votre exploration des sons de la francophonie, nous vous invitons à découvrir tous ces artistes francophones, et bien d’autres encore, grâce à la playlist What The France sur Netease Cloud Music Pardon My Chanson :

 

 

 

 

Les carburants d’aviation durables

Vers la décarbonation du transport aérien en Chine

 

Le forum sur les carburants d’aviation durables, coorganisé avec Airbus dans le cadre du Mois franco-chinois de l’environnement, se tiendra à Pékin le 1er mars 2023 entre 14h30 et 17h00.

En tant que leader mondial de l’aviation civile, Airbus travaille activement avec ses partenaires mondiaux pour promouvoir la décarbonation de l'aviation civile et développer en particulier des carburants aéronautiques durables, afin de lutter contre le changement climatique et mettre en œuvre les objectifs de l'Accord de Paris.

Des entreprises, institutions et experts chinois et français concernés par ce domaine interviendront aux côtés d’Airbus afin de partager leurs expériences et savoirs faire. Ce forum permettra aux auditeurs de mieux comprendre les enjeux et l’utilité des carburants aéronautiques durables, de mesurer les tendances de l'industrie dans ce domaine et de mieux connaître les coopérations franco-chinoises afférentes.

 

03.01   14:30-17:00

Evènement en ligne, disponible en chinoisVous pourrez suivre le live-streaming sur la plateforme Weibo de Faguowenhua.

 

 

 

 

 

 

Programme

 

 

14:30-14:35

Discours d'ouverture : Nicolas Pillerel, Ministre Conseiller pour les affaires culturelles, éducatives et scientifiques 

Discours d'ouverture : Michel Tran Van, COO d'Airbus Chine

 

14:40—14:52

Stratégie et pratiques d'Airbus en matière de carburant aviation durable par Cui Lin, représentante nationale pour le développement durable et l'environnement d'Airbus Chine.

 

14:52—15:04

Construction et perspectives du marché du carbone en Chine par Zhang Xiliang, directeur de l'Institut de l'économie de l'énergie et de l'environnement de l'Université Tsinghua

 

15:04—15:16

Développement et exploration de Sinopec dans le champ SAF par Wang Lijuan, directrice générale adjointe, département Science et Technologie de Sinopec

 

15:16—15:28

Technologie de carburants d'aviation renouvelables à partir de la biomasse lignocellulosique par Li Zhenglong,  professeur et directeur de thèse à l'Université du Zhejiang

 

15:28—15:40

Stratégie et pratiques de Cathay Pacific en matière de carburants d'aviation durables (SAF) par Xing Ziheng, directeur du Changement climatique du département des Affaires d’entreprise, Cathay Pacific Airways

 

16:00—16:25

Table ronde - Aviation civile double carbone

 

16:25—16:50

Table ronde - Énergie Double Carbone

 

17:00—17:04

Discours de clôture : Cyril de Mesmay, conseiller Aviation civile, Aéronautique et Spatial à l'ambassade de France en Chine

Discours de clôture : Zhang Xuan, présidente des Affaires publiques et Affaires générales d'Airbus Chine

 

 

 

 

 

Intervenants

 

Cui Lin

 

Diplômée en ingénierie environnementale de l'Université d'aéronautique et d'astronautique de Pékin, Cui Lin a obtenu un double Master en ingénierie environnementale et en gestion d'entreprise à l'Imperial College of Technology, au Royaume-Uni. Elle est actuellement la représentante nationale pour le développement durable et l'environnement chez Airbus China.

 

 

 

Zhang Xiliang

 

Zhang Xiliang est docteur en ingénierie des systèmes à l’Université Tsinghua et professeur à l'Institut de l'énergie nucléaire et des nouvelles technologies énergétiques de l’Université Tsinghua. Il est directeur de l'Institut d’économie de l'énergie et de l'environnement de l’Université Tsinghua, scientifique en chef du Centre de gouvernance climatique et de financement du carbone de l’Institut de recherche neutre en carbone de l'Université Tsinghua, membre du Comité national d'experts sur le changement climatique. Il a dirigé des projets majeurs de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine, du Programme national clé de recherche et de développement de la Fondation nationale des sciences sociales de Chine dans le domaine du changement climatique. Il a publié plus de 200 articles dans des revues universitaires nationales et internationales telles que Nature Energy, Nature Climate Change et Management World. Depuis 2015, il est à la tête du groupe d'experts techniques pour la conception globale du marché national du carbone. En 2020, il a reçu du ministère de l'Éducation le prix de la meilleure réalisation exceptionnelle en recherche scientifique (sciences humaines et sociales) des établissements d'enseignement supérieur. La même année, le ministère de l'écologie et de l'environnement lui a décerné le titre de « talent professionnel national en matière de protection de l'environnement écologique » dans le domaine du changement climatique.

 

 

 

 

Wang Lijuan

 

Wang Lijuan a obtenu une licence en génie chimique à l'Université Tsinghua en 1993 et une maîtrise en biochimie en 1996 à l'Université Tsinghua. Elle est actuellement directrice générale adjointe du département scientifique et technologique de Sinopec et ingénieur principal du corps professoral. Elle est engagée dans la gestion de la recherche pétrochimique depuis de nombreuses années et possède une riche expérience dans la recherche et le développement, les droits de propriété intellectuelle et la gestion de la coopération internationale.

 

 

 

Xing Ziheng

 

Xing Ziheng est responsable de l'action climatique chez Cathay Pacific depuis avril 2022 et est chargé des affaires liées au changement climatique, y compris le marché du carbone et le carburant pour l'aviation durable. Avant de rejoindre Cathay Pacific, Xing Ziheng a travaillé pour Southern Airlines, où il a été responsable du commerce du carbone auprès de l'UE et du régime CORSIA. Il a également participé au groupe de travail sur le marché du carbone de la province de Guangdong et au groupe de travail national sur le marché du carbone pour le secteur de l'aviation civile. Il participe également à plusieurs groupes de travail du secteur consacrés aux questions de changement climatique, notamment ceux de l'Association internationale du transport aérien (IATA) et de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

 

 

 

 

LI Zhenglong

 

Li Zhenglong est professeur et directeur de thèse à l'Université du Zhejiang et Talent national de niveau international. Ses recherches portent sur la conversion de la biomasse en carburants liquides et en produits chimiques à haute valeur ajoutée, l'utilisation du biogaz, la conversion du dioxyde de carbone et la synthèse verte de l'ammoniac. Il a été chef de l'équipe de conversion par catalyse de la biomasse au Laboratoire national d'Oak Ridge sous l'égide du ministère américain de l'Énergie, membre du Comité directeur de la catalyse de la biomasse du ministère américain de l'Énergie (seuls deux scientifiques chinois ont été sélectionnés, 2017-2021) et chef académique de la conversion des petites molécules de la biomasse en carburant aviation (2016-2021).

 

 

 

Avec Li Na, participez au Mois de la francophonie

La richesse et la diversité de la langue française seront célébrées en Chine, tout au long du mois de mars, à l’occasion du 27e Mois de la francophonie, coordonné par l’Institut français de Chine en partenariat avec plusieurs ambassades et représentations diplomatiques. À quelques mois des Jeux Olympiques qui s’ouvriront à Paris en 2024, cette nouvelle édition aura pour thème « participer » et s’inscrit ainsi dans l’esprit de la devise olympique, rendue célèbre par Pierre de Coubertin : « l’important, c’est de participer ! ».

 

Le festival est parrainé cette année par Li Na qui portera la voix de la francophonie. Cette ancienne championne de tennis a remporté de nombreux tournois, ainsi que 2 titres de Grand Chelem dont celui de Roland Garros en France en 2011. Au cours de sa carrière, Li Na a eu l’occasion de voyager à l’étranger et de participer à de nombreuses compétitions internationales. Elle a ainsi pu se familiariser avec la langue française, qui est notamment l’une des langues officielles de grandes rencontres sportives comme les Jeux Olympiques. Elle espère que le Mois de la francophonie permettra de réunir le public pour célébrer la francophonie dans un cadre festif et sportif.

 

 

La conférence de presse s’est déroulée, jeudi 23 février à l’Institut français de Pékin, en présence de représentants du Gabon, de Belgique, du Cambodge, du Canada, de France, du Liban, de Maurice, du Québec, de Suisse, de Tunisie et de Wallonie-Bruxelles International.

 

Le Gabon préside cette année le Groupe des ambassadeurs francophones en Chine et c’est à cette occasion que le chargé d’affaires a.i. de l’ambassade du Gabon, Guy Arnaud Pambou Mavoungou, a officiellement lancé cet événement. Il a souhaité saisir cette occasion pour rappeler que le Mois de la francophonie s’articule autour des valeurs de partage et des liens d’amitié entre les peuples, pour célébrer la langue française et les cultures francophones à travers le monde.

 

 

Cette année, une quinzaine de projets sera organisée à travers la Chine à destination d’un large public. Que vous parliez le français ou non, vous aurez l’occasion de découvrir les multiples expressions de la francophonie. Evénements culturels, activités sportives et concours pluridisciplinaires… il y en aura pour tous les goûts !

 

 

 

Jeux Olympiques de Paris 2024 : J-500 !

À 500 jour avant l’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, l’ambassade de France en Chine participe à l’initiative Relais autour du Monde. Le principe : organiser une activité sportive et passer le relais virtuellement à une ambassade française du fuseau horaire suivant qui organise une activité à son tour. Pour marquer cet événement mondial, l’Institut français de Chine organise avec Décathlon Chine sept rencontres sportives dans sept villes chinoises. Course, randonnée, vélo, natation, planche à roulettes et planche à rame, il y en aura pour tous les goûts et tous les âges.

 

3.14

Pékin / Shanghai / Chengdu / Canton / Dalian / Shenzhen / Wuhan

 

 

Rencontres du cinéma francophone

Véritable lieu de rencontre des artistes de langue française, le cinéma francophone est aujourd’hui le reflet des échanges qui font le cœur de la francophonie ! L’édition 2023 des Rencontres du cinéma francophone met en lumière ces films au croisement de différentes cultures, avec toujours la langue française en partage. De la langue de Balzac au verbe de NTM, des comédies québécoise et canadienne au thriller tunisien, en passant par l’animation roumaine et le documentaire gabonais, sans oublier les histoires au croisement de la Suisse, de la Belgique et de la France, partez à la découverte de celles et ceux qui mettent en scène la langue française d’aujourd’hui – parfois même jusqu’aux confins de la Chine !

 

3.01-31 – Toute la Chine

 

 

Le Printemps des Poètes

Pour sa 25e édition, le Printemps des Poètes célèbre les liens entre lecteurs et poètes que tissent les mots en adoptant la thématique « Frontières ». Le Printemps des Poètes se déploie à l’échelle de la Chine en une série de lectures à voix hautes et musicales de poètes contemporains venant de Chine, de France et de pays francophones. L’opération Visa Poème s’inscrit également dans cette édition en proposant aux apprenants de français de participer à une œuvre écrite collective. Ce recueil de poèmes prendra la forme d’un passeport et rassemblera des textes écrits pour franchir les frontières, à la manière d’un laissez-passer.

 

3.15 – Pékin

Institut français de Pékin

3.18  – Chengdu

White Night · Art Space

3.21 – Anshan

Musée d’art STEEL

3.25 – Foshan

Longtang, ancienne société des gens de lettres

 

 

Le Choix Goncourt de la Chine

Le Choix Goncourt de la Chine, organisé en lien avec l’académie Goncourt, récompense chaque année depuis 2018 le meilleur livre de la sélection du Prix Goncourt selon les étudiants chinois. Cette année les étudiants de français en Master et en doctorat de dix universités partenaires ont choisi leur lauréat dont le nom sera révélé au cours d’une cérémonie à Pékin qui sera rediffusée en direct dans les villes des universités participantes. L’annonce du lauréat sera accompagnée d’une programmation célébrant la création littéraire contemporaine.

 

3.28 – Pékin

Cérémonie

Résidence de France

3.29 – Pékin

Rencontres littéraires

Institut français de Pékin

 

 

Gastronomie de la francophonie

Pendant le Mois de la francophonie, un dîner est organisé chaque semaine dans une ambassade francophone. Autour de la table de l’ambassadeur ou ambassadrice se réunissent des personnalités, des influenceurs et des journalistes pour couvrir l’événement. Chaque dîner emblématique propose une cuisine locale pour ravir les papilles de ses convives. Des recettes et vidéos seront partagées afin de faire découvrir les spécialités culinaires des pays de la francophonie.

 

3.01-31 – Pékin

Ambassades de Belgique, du Cambodge, du Canada et de France

 

Apéro des sciences

Le français est une langue d’échange entre nations scientifiques. Pour célébrer la langue française et la science, un apéro des sciences coordonné avec d’autres pays francophones réunira des intervenants du Canada, de Belgique, de Suisse, du Luxembourg et de France, pour présenter en français leurs projets et partager leur expertise sur le changement climatique. Chaque présentation d’une durée de cinq minutes sera suivie d’un échange avec le public. Cet événement national hybride sur invitation est un moment convivial placé sous le signe du partage.

 

3.23 – Pékin

Résidence de France

 

 

Déclamation de poèmes

Afin de célébrer la francophonie et le Printemps des Poètes, les Alliances Françaises de Chine organisent la deuxième édition du concours de déclamation de poèmes francophones. Ce concours a pour but de faire dialoguer, au travers de l’oralité, les valeurs artistiques et littéraires avec celles de la francophonie. Ce concours, ouvert aux francophones et francophiles chinois, à partir de 16 ans et avec un niveau minimum de français B1, sera l’occasion de valoriser sa pratique orale en français et de découvrir un art littéraire mineur dans un esprit de célébration.

 

3.26 – Jinan

Inscriptions jusqu’au 26 février.

 

Concours de la chanson

Le réseau des Alliances Françaises de Chine, en collaboration avec l’Institut français de Chine, l’ambassade de Suisse, les représentations du Québec et de Wallonie-Bruxelles International en Chine sont heureux de vous annoncer l’édition 2023 du concours de la chanson francophone. 500 candidats tenteront leur chance cette année pour gagner un des nombreux lots offerts par nos sponsors et partenaires. Les gagnants des demi-finales, organisées dans les 14 Alliances Françaises, se verront offrir le déplacement à Shanghai et une nuit d’hôtel sur place pour participer à la finale. Le public pourra encourager le candidat de son choix en se connectant à la retransmission de la finale en direct!

 

4.01 – Shanghai

THE INLET

 

 

Rejouez les scènes !

Ce concours, ouvert aux francophones de tous niveaux et de tous âges, consiste à rejouer des scènes de films francophones cultes. Organisé en ligne, les meilleures performances seront partagées sur nos réseaux. Une liste de films est proposée pour inspirer les participants. À l’aide de costumes, d’un décor, d’un dialogue, d’un jeu d’acteur ou tout ça en même temps, les meilleures scènes du cinéma francophone reprennent vie. Recréer une chorale pour jouer Les Choristes, enfiler des patins à roulettes pour danser sur La Boum, interpréter les dialogues comiques d’Intouchables, tout devient possible en se laissant aller à la créativité. Et action !

 

3.01-31 – En ligne

 

Trophée des Talents
Créé il y a 10 ans par la Chambre de Commerce et d’Industrie française en Chine, le Trophée des Talents est un concours qui encourage l’excellence dans l’apprentissage du français et le développement de l’esprit critique auprès de la jeune génération chinoise. Les épreuves comportent une présentation écrite et un examen oral devant un jury de professionnels sur des thématiques actuelles liées à un secteur d’activité. Cette édition, en partenariat avec l’ambassade de France en Chine, sera consacrée à la thématique « Chine, neutralité carbone 2060 : quel rôle à jouer pour l’industrie de la construction ? ».
 

3.20 – Pékin

CCI France Chine

 

 

Quiz francophonie

Vous vous intéressez aux cultures francophones ? Vous souhaitez en apprendre davantage tout en vous amusant et tenter de remporter des lots ? Le Quiz francophonie est fait pour vous ! Muni de votre ordinateur et de votre téléphone, vous répondrez dans un temps imparti à une série de 20 questions. Afin d’obtenir le maximum de points, il faudra répondre correctement le plus vite possible et enchaîner les bonnes réponses. Vous ne parlez pas français ou vous êtes débutant ? Ne vous inquiétez pas, toutes les questions seront en chinois ! Alors, n’hésitez pas à vous inscrire et tentez votre chance !

 

3.18 – En ligne

Ouverture des inscriptions le 1er mars. Plus d’informations prochainement sur Faguowenhua.

 

Moi, je participe !


Pour plus d’informations sur les modalités de participation, suivez-nous sur Faguowenhua et les réseaux sociaux des Alliances Françaises de Chine !

 

 

Visa Poème : les mots traversent les frontières.

 

 

 

 

À travers l’Opération Coudrier, 

le Printemps des Poètes propose en 2023 Visa Poème,

l’occasion pour tous les apprenants de français de composer leur poème !

 

 

 

Consigne

 

Composer un poème qui franchisse les frontières et tienne sur la page d’un passeport, qu’il soit en français et suffisamment singulier pour servir de laissez-passer face à tous les douaniers du monde. 

Cette année le Printemps des Poètes a pour thème « Frontières ».

 

 

Qui peut participer ? 

Tous les apprenants de français ! 

Du primaire à l’université, en passant par les écoles françaises, les Alliances Françaises et le LabelFrancÉducation, de tous niveaux, en Chine continentale.

 

Pourquoi participer ? 

Pour travailler l’écrit en classe.

Pour avoir la chance de rencontrer un poète, lors d’un webinaire, pour une séance de travail et d’échange, organisé entre le 20 et le 26 mars 2023.

Quel format ? 

Chaque classe participante propose un poème écrit en cours de français. Les œuvres ainsi produites seront rassemblées dans une œuvre écrite collective, qui tiendra sur un format passeport (125 x 88 mm), une page par poème et par classe (en édition numérique).

 

 

Modalités ? 

Chaque enseignant complète, avant le 10 mars 2023, une fiche d’inscription disponible à la demande (activite.shenyang@institutfrancais-chine.com).

Chaque enseignant choisit jusqu’à 3 créneaux horaires possibles pour le webinaire, avant le 10 mars 2023, au lien suivant :

https://doodle.com/meeting/participate/id/bWPjRXnd

 

Chaque classe participante soumet un seul poème à renvoyer avant le 31 mars 2023 à l’adresse suivante :

activite.shenyang@institutfrancais-chine.com.

Le courriel devra également reprendre la fiche d’inscription remplie.

 

Le recueil complet sera diffusé aux participants et sur nos réseaux le 15 avril 2023.

 

 

Le Printemps des Poètes est une manifestation francophone créée en mars 1999. Il incite le plus grand nombre à célébrer la poésie, quelle que soit sa forme d'expression. Depuis 2001, chaque édition met en avant un sujet particulier sur lequel il est alors possible de composer selon son inspiration. Après « Le Désir » en 2021, « L’Éphémère » en 2022, « Frontières » est le thème retenu pour cette nouvelle édition.

L’Opération Coudrier est le fer de lance des actions d’éducation artistique et culturelle du Printemps des Poètes. Avec plus de 12 000 jeunes inscrits l’an dernier et 70 rencontres avec des poètes organisées dans toute la France, y compris l’outre-mer, l’Opération Coudrier, conjugue une exigence poétique affirmée et un déploiement de plus en plus vaste.

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

 

Une littérature délicieuse #4 - L’omelette aux tomates

En Chine, les œufs à la tomate (西红柿炒鸡蛋) font partie des grands basiques de la cuisine familiale. Moins connue en France, l’omelette aux tomates est célébrée dans l’œuvre de Marcel Pagnol, qui pour cette nouvelle balade gustative et littéraire nous emmène dans sa terre natale, près d’Aubagne dans le sud de la France.

 

Amoureux de la Provence dont il est originaire, l’écrivain Marcel Pagnol a souvent rendu hommage dans ses livres et ses films à la cuisine régionale, colorée, parfumée et aux saveurs pleines de soleil. Les recettes sont traditionnelles et familiales, à l’image de son œuvre. La tomate apparaît très souvent dans la cuisine provençale, ainsi que les épices comme le basilic, le thym ou le romarin, qui en constituent la base. Ce sont ces épices que la mère de l’auteur utilise souvent en cuisine.

 

La famille du jeune Pagnol appartient à la classe moyenne du début du XXe siècle et sa mère est femme au foyer, comme c’est la coutume à l'époque. C’est donc elle qui a la charge de la cuisine. Dans plusieurs ouvrages, le narrateur mentionne l'omelette aux tomates de sa mère.

 

Ainsi, dans La Gloire de mon père, Augustine, la mère de Marcel Pagnol, prépare une omelette aux tomates pour le déjeuner des chasseurs. En effet, alors que son père lui avait promis qu’il pourrait les accompagner, le jeune Marcel découvre que lui et l’oncle Jules iront tous les deux chasser à l’aurore. Son petit frère, Paul a surveillé ce qu’il se passait en cuisine et va prévenir son frère qu’ils partiront sans lui le lendemain matin. 

 
 
« C'est demain. Moi, je le sais. Maman a fait l'omelette aux tomates, et puis elle l'a mise dans les carniers avec un grand saucisson et des côtelettes crues, et du pain, et la bouteille de vin. Moi, j'ai tout vu. Et les carniers, ils sont cachés dans le placard de la cuisine pour pas que tu les voies. Ils vont partir de bonne heure, et toi, tu te brosseras. » 
Extrait de La Gloire de mon père, publié en 1957

 

© Gaumont

 

Cet extrait est le début d’un passage qui s’avérera être un hymne à la désobéissance, puisque furieux, Marcel va quand même se lever et les suivre en catimini. Après s'être égaré, il finit par retrouver les chasseurs au son des coups de fusil. Il découvre que son père, qui « n'avait jamais tué ni poil ni plume », vient de réussir un « coup du roi » : il a abattu une paire de perdrix bartavelles en plein vol d'un seul coup de fusil. Ce doublé magnifique fait la renommée de Joseph Pagnol dans le village, pour la plus grande fierté de son fils, qui partage d'autant plus la gloire que c'est lui qui a retrouvé les puissants volatiles.

 

 

À propos de l’auteur

 
Marcel Pagnol (1895-1974) est un écrivain, dramaturge, cinéaste et producteur français. Fils d’instituteur, il se découvre très jeune une passion pour l’écriture dramatique et publie dès 1922 des drames en vers. Il devient célèbre avec Marius, pièce représentée au théâtre en 1929 et sa carrière se partage ensuite entre le théâtre et le cinéma. Il réalise de nombreux films avec les grands acteurs de l'époque (en particulier Raimu, Fernandel et Pierre Fresnay), dont Angèle (1934), Regain (1937) et La Femme du boulanger (1938). En 1946, il est élu à l'Académie française. Après 1956, il s'éloigne du cinéma et du théâtre et entreprend la rédaction de ses Souvenirs d'enfance avec notamment : La Gloire de mon père et Le Château de ma mère. Il publie enfin, en 1962, L'Eau des collines, roman en deux tomes : Jean de Florette et Manon des Sources, inspiré de son film Manon des sources, réalisé dix ans auparavant et interprété par Jacqueline Pagnol.

 

À vous fourneaux !
Faguowenhua vous propose cette recette tirée du livre de Frédérique Jacquemin À table avec Marcel Pagnol : 67 recettes du pays des collines, paru chez A. Viénot.

 

 

Ingrédients pour 2 personnes :
  • 10 tomates cerises
  • Sel, poivre et une pincée de sucre
  • Sariette (Pèbre d’aî)
  • Huile d’olive
  • 5 œufs
  • 1 bouquet de cerfeuil
  • 1 pincée de thym frais
     
Étapes de préparation :
  • Sur une plaque de cuisson huilée, rangez les tomates rincées et ouvertes en deux. Saupoudrez-les légèrement de sucre et de sarriette, parfumez-les d’un filet d’huile d’olive. Assaisonnez-les et enfournez-les 20 minutes à 160 °C.
  • Battez vigoureusement et faites mousser les œufs. Salez, poivrez, incorporez le cerfeuil finement ciselé puis le thym.
  • Faites chauffer l’huile dans une poêle. Jetez-y l’ail émincé, juste le temps de parfumer l’huile, puis ôtez-le avant qu’il noircisse. Poursuivez la cuisson des tomates confites dans la poêle quelques minutes et versez les œufs. Cuisez l’omelette à couvert.
  • Dressez-la sans la replier et réservez-la au frais. Servez parsemée de pluches de cerfeuil avec une roquette et des tranches de tomates à peine citronnées.

 

 

 

Une littérature délicieuse #3 - Le bœuf mode en gelée

« Les plats se lisent et les livres se mangent », écrivait Marcel Proust. Pour poursuivre notre voyage gastronomique et littéraire, nous vous proposons cette semaine de rester dans l’univers de La recherche du temps perdu. Les odeurs appétissantes et les mets savoureux abondent dans toute l’œuvre de Marcel Proust. Ainsi, après la fameuse madeleine, la recette du bœuf mode en gelée, que Françoise mitonnait pour M. de Norpois ne devrait pas manquer de vous mettre l’eau à la bouche !

 

© Laurent Rouvrais

 

Découvert dès le Moyen-Âge, cette technique consistant à gélifier des aliments à l’aide d’un bouillon épaissi, permettait de conserver la fraîcheur de la viande cuite et de l'isoler de l'air et donc des bactéries. Tantôt présenté comme un plat anti-gaspillage en utilisant les restes d’un pot-au-feu, le bœuf en gelée gagne toutes ses lettres de noblesse, lorsqu’il est cuisiné par Françoise.

 

Achat par Françoise aux Halles des morceaux de bœuf 

aquarelle par Bernard Soupre

 

Ainsi, dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs, alors que le père du narrateur, diplomate distingué, a invité à déjeuner son supérieur hiérarchique, monsieur de Norpois, ancien ministre plénipotentiaire, Françoise, la fidèle cuisinière de la famille, a décidé de se surpasser en mettant au menu son fameux bœuf à la gelée. À la surprise générale, le marquis de Norpois, homme compassé, ennuyeux et peu enclin aux amabilités, ne tarit pas d’éloges envers la cuisinière.

À travers les mots de l’auteur, la technique du cuisinier est décrite comme l’exercice d’un art. On y découvre comment Françoise maîtrise avec précision et minutie l’art culinaire.

 

« Et depuis la veille, Françoise, heureuse de s’adonner à cet art de la cuisine pour lequel elle avait certainement un don, stimulée, d’ailleurs, par l’annonce d’un convive nouveau, et sachant qu’elle aurait à composer, selon des méthodes sues d’elle seule, du bœuf à la gelée, vivait dans l’effervescence de la création ; comme elle attachait une importance extrême à la qualité intrinsèque des matériaux qui devaient entrer dans la fabrication de son œuvre, elle allait elle-même aux Halles se faire donner les plus beaux carrés de romsteck, de jarret de bœuf, de pied de veau, comme Michel-Ange passant huit mois dans les montagnes de Carrare à choisir les blocs de marbre les plus parfaits pour le monument de Jules II. »

 

Extrait de À l’ombre des jeunes filles en fleurs

deuxième tome d’À la recherche du temps perdu

 

On retrouve chez Proust un rapprochement permanent entre l’art et la pratique culinaire. L’auteur continue de jouer sur ce parallélisme dans la phase de dénouement de l’œuvre, qui se révèle être le récit d’une vocation ou de comment le narrateur devient un écrivain. Or ce que le narrateur réalise à la fin de l’œuvre, c’est qu’il écrira son livre de la même façon que Françoise faisait son bœuf mode en gelée ! C’est elle son modèle et son inspiration. Cette recette symbolise en quelques sortes toute l’œuvre de Proust.

 

« D’ailleurs, comme les individualités (humaines ou non) seraient dans ce livre faites d’impressions nombreuses, qui, prises de bien des jeunes filles, de bien des églises, de bien des sonates, serviraient à faire une seule sonate, une seule église, une seule jeune fille, ne ferais-je pas mon livre de la façon que Françoise faisait ce bœuf mode, apprécié par M. de Norpois, et dont tant de morceaux de viande ajoutés et choisis enrichissaient la gelée ? »

 

Extrait du Temps retrouvé, 

septième et dernier tome d’À la recherche du temps perdu

 

 

À propos de l’œuvre

À la recherche du temps perdu est le titre de l’ensemble romanesque écrit par Marcel Proust, lu à travers le monde et sur lequel de nombreux chercheurs en littérature se penchent pour en déceler les ressorts narratifs et stylistiques. Cet ensemble de 2  400 pages traversé, de façon fugace ou prolongée, par plus de 2 500 personnages, fictifs ou réels, est composé de sept tomes : Du côté de chez Swann (1913), À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919, Prix Goncourt), Le Côté de Guermantes (1920), Sodome et Gomorrhe (1922), La Prisonnière (1923), Albertine disparue (1925) et Le Temps retrouvé (1927). Réflexion globale sur la littérature, l’amour, la mémoire et le temps, ce roman magistral a donné lieu à de nombreuses adaptations et continue d’inspirer dessinateurs, cinéastes et metteurs en scène du monde entier.

 

 

 

À vous fourneaux !

Faguowenhua vous propose cette recette de bœuf en mode gelée, inspirée de celle de Françoise.

 

Pour 6 à 8 personnes

Temps de préparation : 15 minutes

Temps de cuisson : 3 heures

Temps de repos : 3 heures

 

Ingrédients

  • 1 kg de pointe de culotte de bœuf

  • 200 g de petits oignons grelots

  • 200 g de carottes nouvelles

  • 50 g de lard gras

  • 1 pied de veau

  • 4 blancs d'œufs

  • 1 litre de vin blanc sec

  • Persil

  • Bouquet garni

  • Ail

     

Instructions

  1. Faites rissoler les morceaux de bœuf dans un faitout puis mouillez-les à hauteur avec 1 litre de vin blanc sec.

  2. Ajoutez les morceaux de pieds de veau dans le faitout, les lards de gras préalablement découpés. Salez et poivrez l’ensemble, rajoutez le persil et le bouquet garni. Couvrez et mettez à cuire durant 1h30 minimum.

  3. Ajoutez les oignons grelots, l’ail et les carottes. Recouvrez et mettez de nouveau à cuire pendant 1h30.

  4. La viande une fois cuite, égouttez-la. Passez le jus au chinois avant de l’amener à ébullition, ajoutez-y 4 blancs d’œufs battus et laissez le tout sur le feu pendant 5 minutes.

  5. Coupez la viande en tranches de 5 mm d’épaisseur, déposez-les dans un plat creux, ajoutez dessus les carottes, les oignons et versez le jus de cuisson à mi-hauteur. Placez le plat dans le réfrigérateur durant 3 heure.

 

Le chef de la Résidence de France vous propose une adaptation savoureuse de cette recette traditionnelle, avec son carpaccio de bœuf en gelée. Découvrez-la en vidéo ! 

Visite à l'École Ganquan de Shanghai

Le 11 novembre 2022, M. Nicolas Pillerel, ministre conseiller pour les affaires culturelles, éducatives et scientifiques, et Mme Séverine Boué, attachée de coopération scolaire et universitaire du consulat général de France à Shanghai, ont visité l’École secondaire des langues étrangères Ganquan de Shanghai.

Fondée en 1954, l’École secondaire des langues étrangères Ganquan de Shanghai est un établissement public qui comprend les cycles collège et lycée répartis en 43 classes. Elle compte 1 700 élèves environ et 230 employés. Spécialisée dans les langues étrangères, le japonais, le français, l’anglais, l’allemand et l’espagnol y sont enseignés en LV1, et le coréen, le thaï, le russe et l’italien en LV2.

Initialement connu pour son enseignement de japonais, Ganquan a fait le choix de l'enseignement du français en LV2 dès 1999, à une époque où peu d'établissements secondaires sortaient du schéma « anglais, russe, japonais ». Dans le cadre du développement de la politique d'enseignement multilingue de l'établissement, la classe bilingue (français en LV1) a ouvert en 2014. La filière de français compte 6 enseignants de FLE. Les élèves ont la possibilité de passer l’épreuve de français au Gaokao. En 2019, l’établissement a reçu le LabelFrancEducation, un label d’excellence attribué par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères aux écoles qui font le choix des filières bilingues franco-chinoises.

M. Pillerel et Mme Boué ont été chaleureusement accueillis par Mme Yang Yun, proviseure,  et Mme Jiang Wenyi, directrice adjointe du département de développement, les professeurs de français et leurs élèves. Dans son discours, M. Pillerel a remercié la proviseure, les personnels et les élèves pour leur accueil. S’agissant de sa première visite à Shanghai, il s’est réjoui de visiter ce bel établissement, qui est spécialisé dans les langues et qui est détenteur du LabelFrancEducation. Il a salué l’engagement de l’école en faveur de l’éducation, de la langue et de la culture françaises, et l’a félicitée pour la reconduction du label en octobre 2022. Enfin, il s’est réjoui de participer à des activités organisées par le service universitaire du consulat et les élèves et leurs professeurs à l’occasion du Mois franco-chinois de l’environnement.

Mme Yang Yun a présenté son établissement et son développement depuis sa création. Elle a également présenté la filière de français indiquant qu’elle était une priorité. Elle a remercié les représentants du poste diplomatique pour leur visite et leur soutien. La pandémie empêchant les mobilités entre la France et la Chine et réduisant les déplacements en Chine, elle s’est félicitée de l’organisation régulière d’événements avec le consulat à l’occasion du Mois de la francophonie, du Mois franco-chinois de l’environnement, de la Journée internationale des professeurs de français, etc.  

Après les discours, les activités du Mois franco-chinois de l’environnement se sont déroulées. Créé en 2014, ce festival pluridisciplinaire, créé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a pour but de sensibiliser le public le plus large possible aux enjeux environnementaux. Le thème de l’édition 2022 est la planète bleue. Les élèves ont d’abord joué à un quizz sur les océans proposé par le service universitaire du consulat.

Puis, deux élèves ont présenté leurs exposés. Mao Weilin a fait une présentation sur les causes de la pollution marine et les petits gestes à effectuer pour la réduire. Quant à Shi Yunling, il en a fait une sur les coraux, les menaces auxquels ils sont confrontés et les solutions pour les protéger.

Les élèves ont visionné deux documentaires du Centre national de la recherche scientifique : Nanoplastique : une soupe au goût amer et La daurade royale face au changement climatique. Après chaque projection, Mme Séverine Boué a échangé avec les élèves sur le contenu du documentaire. A l’issue des activités du MFCE, M. Pillerel et Mme Boué ainsi que les élèves et les personnels de Ganquan ont discuté autour d’un goûter et pris des photos. Avant de se quitter, l’attachée universitaire a remis à chaque élève un sac contenant des fournitures scolaires offertes par Maped, une entreprise française spécialisée dans les fournitures scolaires. Engagée dans l’éducation et l’environnement, la marque française a souhaité apporter son soutien aux événements que le service universitaire du consulat organise dans le cadre du Mois franco-chinois de l’environnement.

Une littérature délicieuse #2

La madeleine de Proust

Comment parler de « littérature délicieuse » sans mentionner la madeleine de Proust ? Ces petits gâteaux « courts et dodus », semblant « avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques », sont restés des pâtisseries très populaires aujourd’hui. Dans le roman À la recherche du temps perdu, lorsqu’un jour d’hiver, en rentrant à la maison, le narrateur accepte ces gâteaux proposés par sa mère. Une gorgée de thé mêlée aux miettes du gâteau le fait alors tressaillir de plaisir et le replonge dans le souvenir d’un rituel de son enfance.

Nous vous proposons d’abord de savourer le goût de la madeleine avec ce célébrissime passage dans Du côté de chez Swann, premier volume de l’œuvre.

 

« Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin, à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes – et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel, sous son plissage sévère et dévot – s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.

 

Et dès que j’eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le tilleul que me donnait ma tante (quoique je ne susse pas encore et dusse remettre à bien plus tard de découvrir pourquoi ce souvenir me rendait si heureux), aussitôt la vieille maison grise sur la rue, où était sa chambre, vint comme un décor de théâtre s’appliquer au petit pavillon donnant sur le jardin, qu’on avait construit pour mes parents sur ses derrières (ce pan tronqué que seul j’avais revu jusque-là) ; et avec la maison, la ville, la Place où on m’envoyait avant déjeuner, les rues où j’allais faire des courses depuis le matin jusqu’au soir et par tous les temps, les chemins qu’on prenait si le temps était beau. Et comme dans ce jeu où les Japonais s’amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d’eau de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s’étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l’église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé. »

 

 

Un siècle après la parution du texte, la « madeleine de Proust » devient une expression qui désigne tout élément déclencheur de souvenir, sans que l’on ne cherche à s’en rappeler. D’autres objets que le gâteau de la madeleine ont provoqué le même phénomène de réminiscences chez le narrateur de Proust, tels que les pavés inégaux de la cour de l’hôtel de Guermantes, sur lesquels il pose ses pieds, comme décrit plus tard dans Le Temps retrouvé : « Et presque tout de suite, je le reconnus, c’était Venise, dont mes efforts pour la décrire et les prétendus instantanés pris par ma mémoire ne m’avaient jamais rien dit et que la sensation que j’avais ressentie jadis sur deux dalles inégales du baptistère de Saint-Marc m’avait rendue avec toutes les autres sensations jointes ce jour-là à cette sensation-là, et qui étaient restées dans l’attente, à leur rang, d’où un brusque hasard les avait impérieusement fait sortir, dans la série des jours oubliés. De même le goût de la petite madeleine m’avait rappelé Combray. »

 

À la recherche du temps perdu est le titre de l’ensemble romanesque écrit par Marcel Proust, lu à travers le monde et sur lequel de nombreux chercheurs en littérature se penchent pour en déceler les ressorts narratifs et stylistiques. Cet ensemble de 2400 pages traversé, de façon fugace ou prolongée, par plus de 2500 personnages, fictifs ou réels, est composé de sept tomes : Du côté de chez Swann (1913), À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919, Prix Goncourt), Le Côté de Guermantes (1920), Sodome et Gomorrhe (1922), La Prisonnière (1923), Albertine disparue (1925) et Le Temps retrouvé (1927). Réflexion globale sur la littérature, l’amour, la mémoire et le temps, ce roman magistral a donné lieu à de nombreuses adaptations et continue d’inspirer dessinateurs, cinéastes et metteurs en scène du monde entier.

 

 

Revenons à nos gâteaux. Qui est donc à l’origine de cette pâtisserie en forme de coquillage ayant fait consommer tant d’encre au grand écrivain ? Selon une version communément admise, elle aurait été créée au XVIIIe siècle par une certaine Madeleine Paulmier, cuisinière du duc de Lorraine Stanislas Leszczyński, à l’occasion d’une réception à Commercy. Face à son succès, le duc baptisa le gâteau en hommage à sa créatrice.

Les vacances sont sans doute le meilleur moment pour confectionner vos madeleines et les faire goûter à vos proches. Faguowenhua vous propose cette recette simple.

 

 

Ingrédients pour 24 madeleines :
 
  • 3 œufs  
  • 130 g de sucre
  • La moitié d’un sachet de levure chimique
  • 2 petites cuillères d’arôme de vanille
  • 130 g de beurre mou (sortir du réfrigérateur 2 h avant de cuisiner)
  • 2 petites cuillères de miel liquide
  • 150 g de farine
  • Une pincée de sel
  • Et un moule à madeleines !

 

 

Réalisation :

 
- Fouettez bien les œufs, le sucre et le miel ensemble, jusqu’à ce que le mélange blanchisse. 

- Ajoutez délicatement en pluie la farine mélangée avec la levure. Continuez de fouetter en même temps, ça muscle !

- Quand le mélange devient bien homogène, ajoutez le beurre et terminez par les deux petites cuillères de vanille. Astuce : pour que des madeleines soient bien dodues, faites reposer la pâte au frigo pendant au moins 2 heures, voire toute une nuit.

- Après avoir beurré un peu les moules, remplissez-les à la petite cuillère aux deux tiers sans étaler la pâte.

- Préchauffez le four à 200 °C. Dès que les madeleines sont au four, baissez la température à 180 °C et faites-les cuire 10 à 15 minutes. Un creux se forme avant l’apparition de la bosse. À partir de ce moment, il faut les surveiller de près !

 

 

Pour les plus ambitieux, la cheffe pâtissière de la Résidence de France vous suggère une recette de madeleines accompagnées d'une crème onctueuse au chocolat, de riz soufflé au caramel et de granité de café !

Découvrez-la en vidéo !  

Mois franco-chinois de l’environnement @Lycée Guangming à Shanghai

Le 18 novembre, Mme Séverine Boué, attachée de coopération scolaire et universitaire au consulat général de France à Shanghai, était au Lycée Guangming de Shanghai pour participer à des activités dans le cadre de la 9e édition du Mois franco-chinois de l’environnement-MFCE dont le thème est « la planète bleue ».

Mme Séverine Boué a été accueillie par Mme Zhu Xiaowei, proviseure, M. Zhong Hao, proviseur adjoint, plusieurs professeurs de français et leurs élèves. Elle s’est d’abord entretenue avec la proviseure. Mme Séverine Boué et Mme Zhu Xiaowei ont fait le point sur la situation du français à Guangming (effectifs des élèves et des enseignants de FLE, recrutement des enseignants de FLE, mobilité des élèves en France après le Gaokao, LabelFrancEducation, passation du DALF-DELF au Lycée, etc.). La proviseure a remercié Mme Boué pour l’organisation régulière d’événements dans son établissement à l’occasion du Mois de la francophonie, du Mois franco-chinois de l’environnement, etc. et du soutien de l’ambassade et du consulat à l’enseignement et au développement du français au Lycée.  Elle lui a présenté M. Helloïs Henry, enseignant français de FLE, qui a pris ses fonctions il y a quelques semaines.

Le Lycée Guangming a une relation ancienne et privilégiée avec la France puisqu’il fut créé en 1886 par des jésuites. Aussi est-il l’un des plus anciens établissements de Shanghai à y enseigner le français. Il compte actuellement 420 élèves qui apprennent le français et 9 enseignants de français. Il a des partenariats avec des lycées français pour des échanges d’élèves et d’enseignants et avec des établissements d’enseignement supérieur français permettant aux élèves diplômés de faire une partie de leurs études supérieures en France.

Dans le domaine de l’enseignement du français, le lycée Guangming fait figure d’établissement pionnier et pilote. En 2005, il fut l’un des trois premiers établissements nommés par le gouvernement de Shanghai pour expérimenter des classes bilingues en français et en anglais. En 2017, le Lycée fut le premier établissement scolaire à obtenir le LabelFrancEducation en Chine, un label d’excellence attribué par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères aux écoles qui font le choix des filières bilingues franco-chinoises. D’une durée de trois ans, le label a été renouvelé en 2020. Etablissement pilote, Guangming a organisé la première passation des examens du DALF-DELF dans son enceinte en 2021.

Après l’entretien, Mme Séverine Boué et Mme Zhu Xiaowei ont rejoint les élèves de terminale qui venant de regarder Océans, un très beau documentaire sur les océans réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud. Sorti en 2010, les réalisateurs et leurs équipes ont parcouru les océans, d’un pôle à l’autre, pour témoigner de la diversité et de la beauté de la vie marine, mais aussi de sa fragilité. Le film dénonce les activités anthropiques, qui sont responsables de la disparition de certaines espèces animales et végétales marines. Après le discours de la proviseure, les élèves se sont prêtés à une réunion fictive intitulée « Le parlement de l’environnement ». Dans cette simulation d’une séance de l’Assemblée nationale, les élèves, jouant le rôle de députés, posaient des questions à deux ministres français et deux ministres chinois de l’environnement. Ces derniers leur répondaient en indiquant les initiatives mises en place et les lois votées en France et en Chine pour réduire la pollution et protéger l’environnement.

Puis, les élèves ont joué à une simulation du célèbre jeu français Questions pour un championanimé par M. Helloïs Henry. Dans son discours, Mme Séverine Boué a remercié et félicité le Lycée Guangming pour le succès et le développement de sa filière bilingue de français. Puis, elle a présenté le Mois franco-chinois de l’environnement et le thème de l’édition 2022. Créé en 2014, le MFCE est le seul festival pluridisciplinaire dédié à l’environnement organisé en Chine par une ambassade sur l’ensemble du territoire. Il a pour objectif de sensibiliser le public le plus large possible aux enjeux environnementaux. Elle a présenté la 9e édition du MFCE consacré aux océans. Les océans, qui couvrent 71 % de la surface de la Terre, joue un rôle essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’impact des activités humaines portent gravement atteinte à la santé des océans : 40 % des océans du globe sont durement touchés par les activités humaines.  Aussi les pays doivent-ils impérativement et urgemment réduire leurs activités anthropiques sur les océans. Enfin, Mme Séverine Boué a animé un jeu de questions-réponses créé par le service universitaire du consulat sur les océans avec les élèves.

A la fin des activités, Mme Boué a remis à tous les élèves un sac contenant des fournitures scolaires offertes par l’entreprise française Maped. Engagée dans l’éducation et l’environnement, la marque française de fournitures scolaires a souhaité apporter son soutien aux événements que le service scolaire et universitaire du consulat organise dans le cadre du Mois franco-chinois de l’environnement. La visite s’est conclue dans une ambiance joyeuse par une photo de groupe. En partant, Mme Zhu Xiaowei a remis à Mme Boué une lettre des élèves de français à l’attention du président de la République, M. Emmanuel Macron. Dans ce courrier ils remercient le président de la République française d’avoir mentionné le Lycée Guangming dans son discours pour la stratégie de la langue française à l’Institut de France le 20 mars 2018 : « En dehors même de nos établissements, les filières bilingues francophones sont en effet très demandées à l’étranger, du Lafayette Academy de New York jusqu’au lycée Guangming de Shanghai en passant par le 18e lycée de Zagreb. Pour accompagner leur développement, la mission de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger en la matière sera renforcée. L’objectif est qu’en 2022, le réseau des écoles proposant des sections bilingues francophones de qualité portant le label France Education regroupe 500 établissements contre les quelque 209 actuellement ».

 

 

Rencontre littéraire sur Jules Verne (MFCE Shanghai)

Le 17 novembre 2022, Mme Séverine Boué, attachée de coopération scolaire et universitaire au consulat général de France à Shanghai, a organisé une rencontre littéraire intitulée Jules Verne et Vingt mille lieues sous les mers à la Chambre de commerce et d’industrie française en Chine autour de deux universitaires : M. Gaultier Roux, maître de conférences en littérature française à l’Université Fudan, et Mme JIN Jufang, maîtresse de conférences en langue et littérature françaises à l’Université normale de la Chine de l’Est-ECNU et traductrice. 

Cette rencontre littéraire s’inscrivait dans le cadre du Mois franco-chinois de l’environnement-MFCE, une initiative du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Créé en 2014, le MFCE est un festival pluridisciplinaire dédié à l’environnement organisé chaque année sur l’ensemble du territoire chinois. Il a pour objectif de sensibiliser le public le plus large possible aux enjeux environnementaux. La 9e édition du MFCE a pour thème « la planète bleue ». La mer était une passion pour Jules Verne et elle est l’héroïne de Vingt mille lieues sous les mers. Le sujet était donc tout trouvé pour organiser une rencontre littéraire dans le cadre du MFCE.

Jules Verne (1828-1905) est un écrivain majeur du XIXe siècle, dont les œuvres sont traduites dans de nombreuses langues : il est au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère, et en 2011, il a été l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. Il développe très tôt un goût pour l'écriture et grâce à sa rencontre avec Alexandre Dumas fils commence à publier des nouvelles. Après plusieurs romans, il publie en 1872 Le Tour du monde en 80 jours, roman qui connaît un grand succès. Une grande partie de son œuvre est consacrée à des romans d’aventures et de science-fiction. Il a inventé un genre littéraire : le « roman de la science ». Les grandes avancées scientifiques sont au cœur de ses romans. Voyage au centre de la terre en 1864, De la terre à la lune en 1865, Vingt mille lieues sous les mers en 1869 sont autant des succès de librairie que des chefs-d'oeuvre de littérature d'anticipation.

Paru en 1869-1870, Vingt mille lieues sous les mers est l’un de ses meilleurs et plus célèbres romans. C'est le cinquième livre le plus traduit au monde (174 langues). Il relate le voyage de trois naufragés capturés par le capitaine Nemo, mystérieux inventeur qui parcourt les fonds des mers à bord du Nautilus, un sous-marin très en avance sur les technologies de l'époque.

M. Gaultier Roux est maître de conférences spécialiste en littérature française des XIXe et XXe siècles et théorie de la littérature. Il a consacré sa thèse de doctorat à l’écrivain français Pierre Loti (Université Paris-Sorbonne, 2015). Il a de nombreuses publications à son actif dont : Pierre Loti, Les Derniers jours de Pékin (édition critique Gaultier Roux, avec une préface de G. Roux et Alain Quella-Villéger), Paris, Magellan & Cie, 2021 ; Jules Verne, Le Chancellor, édition critique par Gaultier Roux (préface, notes, dossier et glossaire), Paris, Magellan & Cie, à paraître au début de 2023.

Mme Jin Jufang a passé six ans en France où elle effectué son master 2 et sa thèse de doctorat à l’Université Paris 3. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2010, portait sur l’étude comparative des œuvres de Claude Simon et de Yu Hua. Traductrice, Mme Jin Jufang a traduit de nombreux ouvrages, dont L’Acacia, de Claude Simon, Hunan Art and Literature Publishing House, 2016, pour lequel elle a reçu le prestigieux prix FU Lei de la traduction et de l’édition, dans la catégorie « littérature » en 2016. Mais aussi et surtout, Mme Jin Jufang a traduit deux romans de Jules Verne : Vingt mille lieues sous les mers, Citic Publishing House, 2019 ; Le Tour du monde en quatre-vingt jours, Citic Publishing House, 2022.

M. Gaultier Roux a d’abord parlé de l’importance de la mer dans l’œuvre de Jules Verne. Mme Jin Jufang a ensuite présenté la genèse du roman et rappelé son synopsis. Elle a retracé la réception de l’auteur français et du roman en Chine. Traduit il y a plus d’un siècle, l’écrivain est depuis lors très lu dans le pays. Les deux universitaires ont ensuite discuté des multiples facettes de la mer dans le roman. Elle représente ainsi pour le capitaine Nemo, qui a délibérément choisi de vivre en marge de la société, un espace de vie, de ressources, de pureté, de liberté et d’indépendance par opposition aux continents, synonymes de domination, de colonisation, de conflits et d’injustice. M. Roux et Mme Jin ont ensuite traité de la modernité du roman, et plus spécifiquement des innovations technologiques, qu’elles aient déjà existé alors ou que l’auteur les anticipe. Le sous-marin Nautilus, qui est l’élément central du roman, représente une prouesse d’ingénierie. La troisième partie de l’échange était consacrée à la richesse économique des océans. C’est un lieu fabuleux regorgeant de trésors naturels et de ressources diverses, un espace où l’autosuffisance est possible. Il représente même la possibilité d’une utopie sociale. Jules Verne est l'un des premiers romanciers à avoir introduit des préoccupations écologiques dans une œuvre de fiction. Cependant, la mer y est à l’image du monde : la rapacité de l’homme s’y exerce et Jules Verne met en lumière la surexploitation des ressources halieutiques qui caractérise déjà l’époque. Somme toute, l’œuvre s’est avérée déterminante dans la prise de conscience de la richesse et de la diversité des fonds marins, et a forgé l’imaginaire maritime de nombreuses générations de lecteurs.

A l’issue de leur présentation, les participants leur ont posé des questions sur leurs interventions mais aussi sur Jules Verne et son œuvre. Les échanges se sont poursuivis dans une ambiance conviviale autour d’un verre.

Regards d’artistes français sur le lapin

 

 
À la veille de la fête du Printemps, toute l’équipe de Faguowenhua vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année du lapin. Ensemble, célébrons les lapins grâce aux artistes français d’hier et d’aujourd’hui !
 

 

 
 
 
Marc Chagall, Le Rêve
1927

 

Marc Chagall, Le Rêve, 1927, huile sur toile, collection du Musée d’Art Moderne de Paris, Paris.  
© Adagp, Paris
Crédit photographique : Eric Emo / Parisienne de Photographie
 
Marc Chagall (1887-1985) est sans doute le peintre poète par excellence, sûrement car il se plaisait à laisser libre cours à son imagination pour représenter le réel. Sur cette peinture Le Rêve, réalisée en 1927, on y voit un grand lapin, que l’on pourrait confondre avec un âne, portant une femme sur son dos.
 
Inspiré par sa femme Bella, mais aussi par les souvenirs de sa jeunesse russe et par ses voyages, l’artiste nous plonge au cœur d’un univers coloré et onirique, voire déroutant : le paysage est inversé, avec le sol en haut et la lune en bas. Voilà bien la représentation d’un rêve !

 

 
 
 
Marc Riboud, Le Petit lapin
2002

 

Marc Riboud, Le Petit lapin, 2002, collection du Centre Pompidou, Paris.
© SAIF
Crédit photographique : Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP
 
 
Marc Riboud (1923-2016) est un photographe français iconique qui se rendit plus d’une vingtaine de fois en Chine, capturant toute la transition du pays depuis les années 1950. Cette simple nature morte d’un sac plastique blanc, prise à Shanghai en 2002, est le témoin de cette société en pleine mutation.
 
De son regard incisif et amusé, il repère et photographie ce sac posé sur une table de marbre dans le jardin du mandarin Yu. Notre imagination et le titre de la photo Le Petit lapin nous obligent à regarder l’image d’un nouvel œil ; le sac inanimé devient ainsi un lapin au repos entouré de nature, prêt à bondir !
 
Le photographe s’expliquera : « Je ne me lasse pas de guetter la surprise, la note juste, cocasse ou émouvante. La beauté est partout. L'étrange aussi, venu à ma rencontre à Shanghai avec ce petit sac oublié dans le jardin du mandarin Yu. On dirait un lapin égaré. »

 

 

 
 
Annette Messager, Mes petites effigies
1988

 

Annette Messager, Mes petites effigies, 1988 (détails), installation
© Courtesy Annette Messager / Marian Goodman Gallery Paris/New-York
 
La plasticienne Annette Messager, née en 1943, est connue pour incorporer diverses techniques artistiques dans ses installations. Pour Mes petites effigies, l’artiste française a combiné objet, photographie et calligraphie afin de créer des figures hybrides évoquant la peluche enfantine mais aussi le rituel. Chaque effigie fait référence à un vieux « doudou », vestige de l’enfance, et est associée à des inscriptions manuscrites telles que « protection », « promesse » ou « orgueil ».
 
Telle une couturière, elle a façonné les effigies avec des jouets : une petite tête de lapin rose en peluche attachée au corps d'une poupée de chiffon. Le lapin étant souvent l’apanage du magicien, la créature s’apparente ainsi à un objet sacré et magique.

 

 
 
Françoise Pétrovitch, Les Sentinelles
2010-2011

 

Françoise Pétrovitch, Les Sentinelles, 2010-2011, grès émaillé de Sèvres, exposition au musée de la Chasse et de la Nature, Paris.
© Courtesy Galerie RX
Crédit photographique : Hervé Plumet
 
Françoise Pétrovitch est une artiste contemporaine française, née en 1964, qui explore la céramique, mais aussi la peinture, le dessin, la fresque, la vidéo, l’installation, le livre, la gravure… Si les techniques qu’elle utilise sont multiples, les lapins sont un motif récurrent pour l’artiste : on les retrouve au fil de ses créations.
 
Les oreilles dressées, Les Sentinelles sont aux aguets. Camouflées dans les salons du musée de la Chasse et de la Nature au cœur de Paris, ces têtes de lapin géantes semblent surveiller le visiteur.
 
L’artiste a travaillé avec les chimistes et émailleurs de Sèvres – Cité de la céramique pour les recouvrir de couleurs inspirées des tableaux et des tapisseries du musée. L’art du camouflage !

 

     

 

 

 

Joyeux nouvel an chinois et une bonne année du lapin  ❤️

 

 
 
 

Le cinéma chez soi pendant le Nouvel An chinois !

Bonne année du lapin d’eau ! Pour accompagner le grand moment de retrouvailles familiales que sont les vacances du Nouvel An chinois, Faguowenhua vous propose 8 films français à voir et à revoir en famille. Rires, émotions, aventures, découvertes… Du grand classique au dessin animé, en passant par la comédie familiale, il y en aura pour tous les goûts ! Transformez votre salon en salle de cinéma, et partagez des bons moments en famille !

 

  //  

Le Sens de la famille 
(2020)
 

 
 
France
Comédie
Réalisation : Jean-Patrick Benes
Avec : Franck Dubosc, Alexandra Lamy
 
Un matin, les Morel se réveillent avec un gros problème. Ils découvrent que l'esprit de chacun est coincé dans le corps d'un autre membre de la famille ! Chacha, 6 ans, est dans le corps de Papa, Papa dans le corps de son ado de fils, le fils dans le corps de la grande sœur, la grande sœur dans le corps de la mère, et la mère dans le corps de Chacha... Vous n'avez pas suivi ? Eux non plus. Et ce n'est que le début.
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

  //  

Donne-moi des ailes
(2019)
 

 
France
Aventure, Famille
Réalisation : Nicolas Vanier
Avec : Louis Vazquez, Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey
 
Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéo, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage...
Nicolas Vanier s’inspire de l’histoire de Christian Moullec, l’homme qui a volé avec les oies, pour mettre en écran cet incroyable et périlleux voyage. Donne-moi des ailes n’est pas seulement un grand roman d’aventures, c’est un cri d’alarme contre la disparition de millions d’oiseaux dans le monde.
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

 

  //  

Ma vie de courgette 
(2016)
 

 
Suisse, France
Animation
Réalisation : Claude Barras
Avec : Gaspard Schlatter, Sixtine Murat, Paulin Jaccoud
 
Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

  //  

La famille Bélier 
(2014)
 

 
France, Belgique
Comédie
Réalisation : Eric Lartigau
Avec : Louane Emera, Karin Viard, François Damiens
 
Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.
 
 
César du Meilleur jeune espoir féminin aux César 2015 (Louane Emera)
La famille Bélier est le film original qui a inspiré le film CODA, qui a eu l’Oscar du meilleur film en 2022
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

 

  //  

Avis de mistral 
(2014)
 

 
France
Comédie dramatique
Réalisation : Rose Bosch
Avec : Jean Reno, Anna Galiena, Chloé Jouannet
 
Léa, Adrien, et leur frère Théo, sourd de naissance, partent en vacances en Provence chez leur grand-père, Paul, qui vit les pieds dans ses oliviers et qu’ils n’ont jamais rencontrés pour cause d’une brouille familiale. Ce ne sont pas les vacances dont ils rêvaient, surtout que leur père a annoncé la veille qu’il quittait la maison. En moins de 24 heures, c’est le clash des générations entre les ados et un grand-père qu’ils croient psychorigide. A tort. Car le passé turbulent de Paul va ressurgir et les Seventies vont débarquer au fin fond des Alpilles. Pendant cet été tourmenté, les deux générations vont être transformées l’une par l’autre.
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

  //   

Ernest et Célestine 
(2012)
 

 
France, Belgique, Luxembourg
Animation
Réalisation : Benjamin Renner, Vincent Patar, Stéphane Aubier
Avec : Lambert Wilson, Pauline Brunner
 
Dans le monde conventionnel des ours, il est mal vu de se lier d’amitié avec une souris.
Et pourtant, Ernest, gros ours marginal, clown et musicien, va accueillir chez lui la petite Célestine, une orpheline qui a fui le monde souterrain des rongeurs. Ces deux solitaires vont se soutenir et se réconforter, et bousculer ainsi l’ordre établi ...
 
César du Meilleur film d'animation aux César 2013

 

 

Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

  //  

 La grande vadrouille 
(1966)
 

 
France, Royaume-Uni
Comédie
Réalisation : Gérard Oury
Avec : Louis de Funès, Bourvil, Claudio Brook
 
En 1942, un avion anglais est abattu par les Allemands au-dessus de Paris. Les trois pilotes sautent en parachute et atterrissent dans différents endroits de la capitale. Ils sont aidés par deux civils français, un chef d'orchestre et un peintre en bâtiment qui acceptent de les mener en zone libre ; ils deviennent ainsi, malgré eux, acteurs de la Résistance.
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

  //   

Home 
(2009)
 

 
France
Documentaire
Réalisation : Yann Arthus-Bertrand
 
Home est un documentaire sur l'état de la Terre vue du ciel, qui montre la pression que l'homme fait subir à l'environnement et les conséquences que cela entraîne sur le changement climatique. Yann Arthus-Bertrand ne le présente pas comme un film catastrophe mais comme un message d'espoir, en rappelant qu'il reste 10 ans pour agir. Les thèmes abordés sont tous en relation avec l'environnement : le manque d'eau, la déforestation, la fonte des glaces ou encore l'épuisement des ressources naturelles.
 
 
Scannez le code QR pour regarder le film

 

 

 

Concours de la chanson francophone 2023

 

 

//////////////////

Le concours de la chanson française du Nouvel An vous

attend !

La finale du concours de la chanson francophone 2022 vient à peine d'avoir lieu que le Mois de la francophonie revient déjà pour sa nouvelle édition de 2023 ! Le réseau des Alliances Françaises de Chine, en collaboration avec l'Institut français de Chine, l'ambassade de Suisse en Chine, les représentations du Québec en Chine et Wallonie-Bruxelles International, est heureux de vous annoncer le lancement du concours 2023 de la chanson francophone, ouvert à toute personne d'au moins 18 ans sachant se présenter en français.

 

 

Informations 

35 chansons sélectionnées 
, dans l'attente de votre interprétation !

 

Inscrivez-vous dès maintenant en scannant le code QR ci-dessous ! Choisissez un morceau dans la liste de chansons d'artistes français et francophones annexée au règlement, puis enregistrez votre vidéo et envoyez-la avant dimanche 12 février minuit au lien qui vous aura été envoyé lors de votre inscription.

 
 

 

Attention : 

Les candidat(e)s "professionnel(le)s", au sens où ils / elles ont une activité basée sur des spectacles de chansons rémunérés, ponctuels ou à temps plein, sont exclu(e)s. Un / une lauréat(e) du concours de la chanson francophone ne peut y participer à nouveau, et ce pendant une durée de trois ans. Aucune inscription ou vidéo ne sera acceptée après le 12 février 2023.

 

Scannez le code QR ci-dessous et lisez attentivement le règlement !

 
 

Tentez votre chance pour être sélectionné(e) pour la finale à Shanghai le samedi 1er avril et gagner de nombreux prix !! N'hésitez pas à présenter votre talent sur la scène de la chanson francophone !

 

 

 

 

ccf@afchine.org

Découvrez grâce aux codes QR ci-dessous 

la liste de chansons et entraînez-vous. 

Pour toute demande d'information,  

veuillez nous contacter via l'adresse mail suivante :

ccf@afchine.org

 

 

 

 

 

 Le saviez-vous?

 

Tous les ans, le mois de mars est dédié à la célébration de la francophonie, qui regroupe un ensemble de près de 90 États et gouvernements qui ont le français en partage et, plus largement, toutes celles et ceux qui ont fait le choix d'apprendre la langue française et de s'enrichir de son histoire.

 

 

 

Le Mois de la francophonie revient pour sa nouvelle édition en 2023 ! Cette année, le réseau des Alliances Françaises de Chine, l'Institut français de Chine et les pays francophones partenaires ouvrent les festivités avec le lancement de la nouvelle édition du concours de la chanson francophone.

 

 

 

Remise de médailles des arts et lettres

Le 15 décembre 2022, Joan Valadou, consul général de France à Shanghai, a remis deux médailles dans l'ordre des Arts et Lettres à deux musiciens exceptionnels et qui ont apporté une importante contribution aux échanges culturels franco chinois.

Xu Zhong, directeur de l'Opéra de Shanghai et chef de l'orchestre de Suzhou, est élevé au rang d'officier dans l'ordre des Arts et Lettres. En 2003 et 2005, M Xu Zhong a assumé à deux reprises les fonctions de conseiller artistique pour la culture française à Shanghai dans le cadre  années croisées culturelles franco-chinoises à Shanghai, et a également dirigé en France l'orchestre national de France, l'orchestre de Lille, l'orchestre national de Paris et d'autres ensembles de renom. En reconnaissance de son rôle actif dans les échanges culturels franco-chinois, M Xu Zhong avait été fait en 2010 chevalier dans l'ordre des Arts et Lettres par le Président Giscard d'Estaing, qui l'avait qualifié alors de "meilleur interprète de la musique française en Chine".

Le violoniste français Guillaume Molko s'est vu remettre les insignes de chevalier dans l'ordre des Arts et Lettres. Guillaume Molko s'est établi à Shanghai en 2013, où il a exercé comme supersoliste de l'orchestre symphonique de Shanghai, ainsi que soliste invité de l'orchestre philharmonique de Shanghai, l'orchestre symphonique du Zhejiang et professeur de violon du conservatoire de l'université de Suzhou. C'est en reconnaissance de sa contribution importante aux échanges musicaux franco chinois que M Molko s'est vu décerner au consulat de France cette importante distinction.

Créé en 1957, l'ordre des Arts et Lettres, qui comprend les grades de chevalier, officier et commandeur, est destiné à récompenser les personnes qui se sont distinguées par leurs créations dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu'elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde.

Playlist | Enfin, sur la route !

 

Après 3 ans de déplacements fortement limités, ce début d’année 2023 s’ouvre sur le retour à la vie normale et la reprise des voyages !

Nous qui sommes restés loin de nos familles depuis si longtemps et qui avons envie d'ailleurs, nous pouvons enfin prendre la route et retrouver les gens qui nous tiennent à cœur, revoir les paysages qui nous ont manqué et nous réjouir des nouvelles aventures qui nous attendent au bout du chemin.

Pour accompagner les trajets du nouvel an chinois, Faguowenhua vous propose une playlist à écouter « Sur la route » ! (Playlist complète en fin d'article)

 

 

 

 

 

 

 
Quelle sera votre destination ? « Le Sud » avec « La Mer », la « Plage isolée » et les « Agitations Tropicales » ?

 

 

 
 ♬..♩~ ♫. ♪
♫. ♪ ~ ♬..♩
 

La chanson Le Sud, écrite, composée, interprétée et coproduite par Nino Ferrer, est le dernier et le plus grand succès de sa carrière. Dès sa sortie au printemps 1975, elle se classe numéro un des ventes en France durant deux semaines et le disque 45 tours s’écoulé ensuite à 1 000 000 d'exemplaires.

Le sud

 

 

 

 ♬..♩~ ♫. ♪
♫. ♪ ~ ♬..♩

La mer est LA destination privilégiée pour les vacances. Le titre La Mer de Charles Trenet et son adaptation anglaise Beyond the Sea connaissent un succès international en 1946 au cours de la tournée de Charles Trenet en Amérique.

La Mer

 
 
 
 ♬..♩~ ♫. ♪
♫. ♪ ~ ♬..♩
 
 

Polo & Pan et L’Impératrice représentent le meilleur son de la scène électronique française d’aujourd’hui. Que vous soyez dans le train, l’avion ou le bus, fermez les yeux et laissez-vous emporter par leur musique aux sonorités créatives, exotiques, imaginatives et colorées.

Plage isolée (soleil levant)

 

Agitations tropicales

 
Avec la réouverture des frontières, nous pouvons enfin reprendre les voyages autour du monde : « San Francisco », « Monaco », « New York avec toi », « la Californie », « Weekend à Rome » ……Mais il est impossible de ne pas vous recommander Paris !

 

 
 ♬..♩~ ♫. ♪
♫. ♪ ~ ♬..♩
 
Sous le ciel de Paris est un hymne romantique, véritable allégorie de Paris, composée pour le film éponyme de Julien Duvivier. Les nombreuses reprises de la chanson, en particulier par Édith Piaf (1954) et Yves Montand (1964), en font l'un des classiques de leurs répertoires, de la chanson française et des chansons sur Paris. La version que Faguowenhua vous recommande est interprétée par Zaz, chanteuse à la voix extraordinaire et qui mélange très souvent le jazz et la variété.

 

Sous le ciel de Paris

 

 

Pour finir, quelle que soit votre destination, comme le dit Jack Kerouac : « Mais qu’importe : la route c’est la vie. » Nous vous souhaitons un très bon voyage !

 
 
 
What the France
 
Retrouvez une playlist complète sur le compte What the France sur Netease en scannant le code QR ci-dessous.
 

 

❤️

 
 
Nous espérons que cette playlist vous accompagnera tout au long de votre voyage, et nous vous souhaitons un très joyeux nouvel an chinois. 
 
 
♬..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩
♫. ♪ ~ ♬..♩~ ♫. ♪..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩..♩~ ♫. ♪ ~ ♬..♩
 

Une littérature délicieuse #1

 

 

La soupe aux poireaux et aux pommes de terre de Marguerite Duras

 

© Lin Yuan

 

Si les festins de la famille des Jia font l’objet d’abondantes études chez les chercheurs du Rêve dans le pavillon rouge, la gastronomie dans la littérature française ne manque pas de faire saliver ses lecteurs. À tel point que la madeleine de Proust est entrée dans le langage courant pour évoquer tout objet qui rappelle un souvenir d’enfance !

 

Le potage de lotus de la concubine impériale ou le foetus de mouton cuit à la vapeur et au lait des Jia peuvent peut-être paraître compliqués à reproduire. Ce n’est pas forcément le cas des plats mis à l’honneur par les écrivains français, dont certains sont très simples à cuisiner !

 

Dans Outside, recueil de plusieurs de ses articles, l’écrivaine Marguerite Duras décrit longuement la soupe aux poireaux et aux pommes de terre. Ce plat, tous les Français le connaissent, soit parce qu’il représente un doux souvenir de leur enfance, soit parce qu’il leur rappelle les affres de la cantine scolaire.

 

Pourquoi tant de souvenirs si différents à propos d’un plat si simple ? C’est que Marguerite Duras nous explique qu’« on croit savoir la faire, elle paraît si simple, et trop souvent on la néglige ». Prêtons donc à cette recette d’antan tout l’attention qu’elle mérite.

 

 

 

Image

La soupe aux poireaux et aux pommes de terre

 

 

 

Marguerite Duras nous recommande les ingrédients suivants :

-          1 bon kilo de pommes de terre

-          2 poireaux (Marguerite Duras vous déconseille d’en mettre davantage)

-          30 grammes de beurre

-          2 cuillères à soupe de crème fraîche 

-          2 litres d'eau 

-          1 cube de bouillon de volaille 

-          1 oignon (Marguerite Duras n’y fait pas référence mais Faguowenhua vous le recommande)

-          Du sel, du poivre et de la muscade, poivre, muscade.  

 

La préparation est on ne peut plus simple.

-          Laver et couper l'oignon, les poireaux et les pommes de terre.

-          Faire cuire les pommes de terre et dans de l’eau bouillante ;

-          Ajouter les poireaux (attention à ne pas les mettre trop tôt nous dit Marguerite Duras, car sinon la soupe perdra de son parfum) ; ajouter l’oignon ;

-          Ajouter le bouillon de volaille et l’eau

-          Laisser cuire entre 15 et 20 minutes (Marguerite Duras nous recommande de ne pas la laisser trop longtemps sur le feu, au risque qu’elle s’affadisse). 

-          Mixer la préparation.

-          Ajouter le sel, la muscade et le poivre

-          Servir avec du beurre, de la crème fraiche, voire quelques croûtons

La soupe aux poireaux et aux pommes de terre

Marguerite Duras nous recommande les ingrédients suivants :

-          1 bon kilo de pommes de terre

-          2 poireaux (Marguerite Duras vous déconseille d’en mettre davantage)

-          30 grammes de beurre

-          2 cuillères à soupe de crème fraîche 

-          2 litres d'eau 

-          1 cube de bouillon de volaille 

-          1 oignon (Marguerite Duras n’y fait pas référence mais Faguowenhua vous le recommande)

-          Du sel, du poivre et de la muscade, poivre, muscade.  

 

La préparation est on ne peut plus simple.

-          Laver et couper l'oignon, les poireaux et les pommes de terre.

-          Faire cuire les pommes de terre et dans de l’eau bouillante ;

-          Ajouter les poireaux (attention à ne pas les mettre trop tôt nous dit Marguerite Duras, car sinon la soupe perdra de son parfum) ; ajouter l’oignon ;

-          Ajouter le bouillon de volaille et l’eau

-          Laisser cuire entre 15 et 20 minutes (Marguerite Duras nous recommande de ne pas la laisser trop longtemps sur le feu, au risque qu’elle s’affadisse). 

-          Mixer la préparation.

-          Ajouter le sel, la muscade et le poivre

-          Servir avec du beurre, de la crème fraiche, voire quelques croûtons

 

 

La soupe aux poireaux

Marguerite Duras

Traduit par Yuan Xiaoyi

« On croit savoir la faire, elle paraît si simple, et trop souvent on la néglige. Il faut qu’elle cuise entre quinze et vingt minutes et non pas deux heures – toutes les femmes françaises font trop cuire les légumes et les soupes. Et puis il vaut mieux mettre les poireaux lorsque les pommes de terre bouillent : la soupe restera verte et beaucoup plus parfumée. Et puis aussi il faut bien doser les poireaux : deux poireaux moyens suffisent pour un kilo de pommes de terre. Dans les restaurants cette soupe n’est jamais bonne : elle est toujours trop cuite (recuite), trop « longue », elle est triste, morne, et elle rejoint le fonds commun des « soupes de légumes » – il en faut – des restaurants provinciaux français. Non, on doit vouloir la faire et la faire avec soin, éviter de l’« oublier sur le feu » et qu’elle perde son identité. On la sert soit sans rien, soit avec du beurre frais ou de la crème fraîche. On peut aussi y ajouter des croûtons au moment de servir : on l’appellera alors d’un autre nom, on inventera lequel : de cette façon les enfants la mangeront plus volontiers que si on lui affuble le nom de soupe aux poireaux pommes de terre. Il faut du temps, des années, pour retrouver la saveur de cette soupe, imposée aux enfants sous divers prétextes (la soupe fait grandir, rend gentil, etc.). Rien, dans la cuisine française, ne rejoint la simplicité, la nécessité de la soupe aux poireaux. Elle a dû être inventée dans une contrée occidentale un soir d’hiver, par une femme encore jeune de la bourgeoisie locale qui, ce soir-là, tenait les sauces grasses en horreur – et plus encore sans doute – mais le savait-elle ? Le corps avale cette soupe avec bonheur. Aucune ambiguïté : ce n’est pas la garbure au lard, la soupe pour nourrir ou réchauffer, non, c’est la soupe maigre pour rafraîchir, le corps l’avale à grande lampées, s’en nettoie, s’en dépure, verdure première, les muscles s’en abreuvent. Dans les maisons son odeur se répand très vite, très fort, vulgaire comme le manger pauvre, le travail des femmes, le coucher des bêtes, le vomi des nouveau-nés. On peut ne vouloir rien faire et puis, faire ça, oui, cette soupe-là : entre ces deux vouloirs, une marge très étroite, toujours la même : suicide ».

 

Texte extrait de Outside © POL

 

Marguerite Duras

Marguerite Duras est née le 4 avril 1914 à Saigon (aujourd'hui, Ho Chi Minh-Ville). Militante, romancière, scénariste, réalisatrice, auteure de pièces de théâtre, Marguerite Duras fait partie des écrivains contemporains français les plus lus et les plus connus. En 1983, elle est honorée du Grand prix du théâtre de l’Académie française. Son roman L’Amant, couronné Prix Goncourt en 1984, a été vendu à des millions d’exemplaires et traduit dans une quarantaine de langues.

 

 

À paraître prochainement chez CITIC Press Corporation, quatre ouvrages de Marguerite Duras, dont les premières éditions en mandarin de C’est tout et Cahiers de la guerre et autres textes ainsi que les rééditions de Outside (Papiers d’un jour) et Le Monde extérieur (Outside II).

 

© CITIC Press Corporation

 

​Molière fait son cinéma

Molière fait son cinéma avec les projections de Tartuffe ou l’hypocrite et Le Misanthrope


En janvier, le Beijing International Theatre Center – Cao Yu Theatre poursuit les projections dédiées à Molière avec Le Tartuffe ou l’hypocrite et Le Misanthrope.

 

Après avoir projeté Le Malade Imaginaire et L’Avare en décembre, le Beijing International Theatre Center – Cao Yu Theatre poursuit les projections dédiées à Molière. S’associant à New Live, la salle diffusera Le Tartuffe ou l’hypocrite le 7 janvier et Le Misanthrope le 8 janvier. Ces deux pièces incontournables, écrites par le plus célèbre des dramaturges français et jouées par la Comédie-Française, seront diffusées sur le grand écran pour offrir une expérience théâtrale unique.

 

 

Ces projections clôturent la série de diffusions célébrant Molière à l’occasion de son 400e anniversaire. Né le 15 janvier 1622, Molière est sans doute l’une des plus grandes figures du théâtre français classique, engagé dans son art et dans la société de son temps. Ses œuvres ont été jouées par les plus grandes compagnies théâtrales et sont étudiées par de nombreux élèves dans le monde. Sa vie mouvementée, haute en couleurs et sa forte personnalité ont inspiré de nombreux dramaturges, metteurs en scènes et cinéastes.

 

Le Tartuffe ou l’hypocrite et Le Misanthrope constituent un portrait vibrant et critique des mœurs sociales et sont considérés comme un exemple de comédie classique dans l’histoire du théâtre mondial. À travers des mises en scène originales et contemporaines, la Comédie-Française, le plus ancien et renommé des théâtres nationaux en France, réinterprète ces pièces du XVIIe siècle pour les dévoiler au cinéma, en collaboration avec Pathé Live. L’occasion de découvrir des chefs-d’œuvre du théâtre autrement !

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Tartuffe ou l'hypocrite

7 janvier 2023 (samedi) – 14:00

Beijing International Theatre Center – Cao Yu Theatre

Durée : 2h18 (sans entracte)

(dialogues en français/sous-titres en chinois)

 

Jouée et captée en 2022, Le Tartuffe ou l’hypocrite constitue l’une des œuvres les plus satiriques de Molière. Le spectacle surprend d’autant plus que le metteur en scène, Ivo van Hove, dévoile la première version de la pièce, censurée en 1664 par le roi au lendemain de sa première. En effet, le roi ne pouvait pas d’un côté se faire le héraut de l’orthodoxie catholique et de l’autre permettre à son comédien-auteur préféré de représenter sur son théâtre parisien une telle satire des dévots. La pièce que nous connaissons depuis, Le Tartuffe ou l’Imposteur, est une version modifiée en 1669. Dans sa quête de la perfection chrétienne, le riche Orgon a accueilli chez lui le pieux Tartuffe en tant que guide spirituel. Il voit en lui un véritable confident, un sauveur dont il en fait son unique héritier. Mais, l’hypocrite, incapable de résister à la tentation, s'éprend de la deuxième et jeune épouse d'Orgon. Cette version de la comédie de Molière se concentre sur la relation passionnelle de Tartuffe avec la jeune épouse d’Orgon, le conflit entre le père et le fils, ainsi que l’opposition entre une vision progressiste et libertine du monde portée par Cléante et celle, conservatrice, d’Orgon et sa mère.

 

 

 

Le Misanthrope

8 janvier 2023 (dimanche) – 14:00

Beijing International Theatre Center – Cao Yu Theatre

(dialogues en français/sous-titres en chinois)

Durée : 3h04 (dont un entracte de 10 minutes, à partir de la 99e minute)

 

Avec la captation du Misanthrope réalisée en 2017, le réalisateur Clément Hervieu-Léger réinterprète ce chef-d’œuvre de la comédie classique, dans lequel Molière s’attaque à la société du paraître et au monde de la cour. Alceste aime Célimène, une jeune femme mondaine éprise de liberté, mais rejette la société de bienséance à laquelle ils appartiennent. Hanté par un procès dont il redoute l’issue, Alceste se rend chez elle pour solliciter son aide... Le Misanthrope donne à voir une société libérée de l’emprise parentale et religieuse, dont le vernis social s’écaille lorsque surgit le désir. Poussés à bout par la radicalité d’Alceste, prêt à renoncer à toute forme de mondanité, les personnages dévoilent, le temps d’une journée, les contradictions du genre humain soumis à un cœur que la raison ne connaît point. Avec un regard nouveau, Clément Hervieu-Léger cherche à enraciner les personnages dans le présent tout en faisant vivre les dilemmes sociaux de l’époque. Loïc Corbery, acteur célèbre de la scène théâtrale française contemporaine, incarne Alceste.

 

 

Billetterie
 
 
 

Téléphone 6525 0996

Site www.bjry.com

 

Scannez le code QR ci-dessous pour acheter les billets.

 

 

 

Yu Zhongxian | Questionnaire de Proust #12

Ancien rédacteur en chef de la revue Shijie Wenxue (Littératures du Monde), Yu Zhongxian est traducteur littéraire, professeur et directeur de thèse à l’Académie des sciences sociales de Chine, membre permanent du jury pour le Prix Fu Lei. Nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 2002, il a par ailleurs été lauréat du Prix Lu Xun 2018 dans la catégorie « Traduction littéraire ».

 

Yu Zhongxian a accepté d’être notre invité spécial en décembre pour répondre au questionnaire de Proust. Voici ses réponses :

 

Questionnaire de Proust par Yu Zhongxian

1. Le principal trait de mon caractère......

La tolérance et la persévérance.

 

2. La qualité que je préfère chez un homme......

L’honnêteté et le courage.

 

3. La qualité que je préfère chez une femme......

La douceur et la compréhension.

 

4. Ce que j'apprécie le plus chez mes amis......

Qu’ils me disent la vérité.

 

5. Mon principal défaut......

Ne pas savoir dire non.

 

6. Mon occupation préférée......

La traduction littéraire.

 

7. Mon rêve de bonheur......

Un rêve dont je me souviens quand je me réveille.

 

8. Quel serait mon plus grand malheur......

Avoir une maladie incurable.

 

9. Ce que je voudrais être......

Le meilleur moi possible.

 

10. Le pays où je désirerais vivre......

Difficile à dire, peut-être le sud de la France, en Provence, ou bien à Barcelone.

 

11. La couleur que je préfère......

Le bleu, le bleu du ciel comme le bleu de la mer, le bleu clair comme le bleu foncé.

 

12. La fleur que j’aime......

Le narcisse, j’en plante tous les ans.

 

13. L'oiseau que je préfère......

Le cygne. J'ai lu ce que Buffon écrit sur le cygne, et j'ai adoré.

 

14. Mes auteurs favoris en prose......

Jean Echenoz.

 

15. Mes poètes préférés......

Andrea Chénier.

 

16. Mes héros dans la fiction......

Jean Valjean dans Les Misérables.

 

17. Mes héroïnes favorites dans la fiction......

Je n'arrive pas à dire, peut-être que je n'en ai pas.

 

18. Mes compositeurs préférés......

Johannes Brahms.

 

19. Mes peintres favoris......

Marc Chagall.

 

20. Mes héros dans la vie réelle......

Henry Norman Bethune, le médecin canadien.

 

21. Mes héroïnes dans l’histoire......

Jeanne d'Arc, la campagnarde française.

 

22. Mes noms favoris......

Julien pour un garçon, Véronique pour une fille.

 

23. Ce que je déteste par-dessus tout......

L'hypocrisie.

 

24. Caractères historiques que je méprise le plus......

Yuan Shikai, il est le vrai usurpateur du pays.

 

25. Le fait militaire que j'admire le plus......

Le débarquement des Alliés sur les côtes normandes, connu comme le "jour le plus long".

 

26. La réforme que j'estime le plus......

La réforme en Chine depuis 1978, j’y ai moi-même participé et en ai bénéficié.

 

27. Le don de la nature que je voudrais avoir......

Une mémoire extraordinaire.

 

28. Comment j'aimerais mourir......

Sans douleur.

 

29. État présent de mon esprit......

J’ai la Covid et je voudrais me rétablir.

 

30. Fautes qui m'inspirent le plus d’indulgence......

Les fautes de calcul, tellement évidentes qu'on les repère au premier coup d'œil.

 

31. Ma devise......

Nulla dies sine linea. (Pas de jour sans une seule ligne.)

 

Molière au Cao Yu Theatre

 

La Comédie-Française s’invite au Beijing International Theatre Center à travers les projections du Malade Imaginaire et de L’Avare de Molière

 

 

Soyez aux premières loges pour découvrir le meilleur du théâtre français !

Le Beijing International Theatre Center – Cao Yu Theatre rouvre ses portes et s’associe à New Live pour présenter des projections de pièces incontournables de Molière. Rendez-vous les 23 et 24 décembre pour visionner les représentations du Malade Imaginaire et de L’Avare sur grand écran.

 

Ces projections s’inscrivent dans la célébration du 400e anniversaire de la naissance du célèbre comédien et dramaturge français. Né le 15 janvier 1622, Molière est sans doute l’une des plus grandes figures du théâtre français classique. Il incarne l’homme de théâtre, engagé dans son art et dans la société de son temps. Ses pièces ont été jouées dans le monde entier par les plus grandes compagnies théâtrales et sont étudiées par de nombreux élèves. Son œuvre, composée d’une trentaine de comédies, fait de lui l’un des écrivains les plus importants de la littérature et du théâtre français du XVIIe siècle.

 

À travers la réinterprétation par la Comédie-Française de ses pièces, le public pourra découvrir des personnages comiques et des histoires insolites qui forment un portrait satirique de la société française de l’époque et qui résonnent avec des réalités plus contemporaines.

 

Ces pièces ont été jouées et réinterprétées par les comédiens de la Comédie-Française, le plus ancien et renommé des théâtres nationaux en France. En collaboration avec Pathé Live, la Comédie-Française s’invite au cinéma pour offrir une manière unique de découvrir et de vivre deux chefs-d’œuvre du théâtre.

 

23 décembre 2022 (vendredi) 19:00

Beijing International Theatre Center - Cao Yu Theatre

Tarif: 120 rmb

Tarif étudiant : 60 yuan (sur présentation de la carte étudiante)

136 minutes sans entracte

Projection en haute définition

* En français sous-titré en chinois

 

Le Malade Imaginaire nous plonge dans l’histoire d’Argan, un hypocondriaque et père tyrannique qui souhaite marier sa fille, Angélique, à un médecin complètement ridicule nommé Thomas Diafoirus. Toutefois, Angélique est amoureuse d'un autre homme, Cléante. En parallèle, Béline, la seconde femme d’Argan a pour objectif de voler la fortune de son mari et tente de saboter le mariage du jeune couple. Mis en scène par Claude Stratz, avec les comédiens Alain Lenglet, Guillaume Gallienne et Catherine Sauval, cette pièce en trois actes est la dernière œuvre de Molière, mais aussi sa plus belle comédie satirique.

 

 

24 décembre 2022 (samedi) 14:00

Beijing International Theatre Center - Cao Yu Theatre

Tarif: 120 rmb

Tarif étudiant : 60 yuan (sur présentation de la carte étudiante)

142 minutes sans entracte

* Projection en haute définition

* En français sous-titré en chinois

 

Dans L’Avare, Molière offre le portrait d’un avare devenu connu : Harpagon. Homme à la fortune pourtant assurée, sa vie n’est que calcul pour prévenir la moindre dépense et paranoïa, tant sa peur d’être volé est grande. Il projette de marier sa fille, Elise, sans dot, à un riche marchand et son fils, Cléante, à une riche veuve. Lui-même veuf depuis peu, il convoite la jeune Marianne. Mais ces machinations ne sont pas au goût des jeunes gens qui ont chacun une personne chère à leur cœur. Dans son adaptation, la metteuse en scène Lilo Baur décide de rapprocher la pièce de notre époque en la situant dans la période d’après-guerre, où l’émancipation féminine, parentale et sociétale est encore un horizon lointain. Les comédiens Alain Lenglet, François Gillard et Jérôme Pouly revisitent cette pièce pour en faire une véritable satire sociale, vibrante d’actualité.

 

Image

 

En janvier 2023, pour poursuivre la découverte des classiques de Molière, les pièces Tartuffe ou l’hypocrite ainsi que Le Misanthrope seront diffusées.

 

 

 

 

 

 

 Billetterie
 
 
 

Téléphone 6525 0996

Site www.bjry.com

Scannez le code QR ci-dessous pour acheter les billets.

 

 

 

Ho Ho Ho ! C'est Noël !

Noël, c'est dans 2 jours ! Alors préparez la bûche et l'apéro (ou le chocolate chaud), lovez-vous dans le canapé à côté du sapin, et faites-vous plaisir, en famille ou entre amis, avec des films de Noël plein d'humour ou d'émotion. Faguowenhua vous propose une sélection de longs métrages français à voir ou revoir pendant les fêtes de fin d'année.

 

C'est parti!

 
Santa et Cie (2017)
France, Belgium/ France, Belgium
Comedy, Family, Fantasy / Comédie, Famille, Fantastique
Director : Alain Chabat / Réalisation : Alain Chabat
Avec : Alain Chabat, Audrey Tautou, Golshifteh Farahani
 
 
Rien ne va plus à l'approche du réveillon : les 92 000 lutins charges de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C'est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël. .. il n'a pas le choix : il doit se rendre d'urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivee, il devra trouver des alliés pour l'aider à sauver la magie de Noël.

 

Disponible sur Tencent Video

 
 
 
 
 
Un conte de Noël (2008)
France / France
Comédie dramatique
Réalisation : Arnaud Desplechin
Avec : Catherine Deneuve, Jean-Paul Roussillon, Mathieu Amalric
 
Abel et Junon ont eu deux enfants, Joseph et Elizabeth. Mais Joseph, atteint d'une maladie génétique rare, a besoin d'une greffe de moelle osseuse. Elizabeth n'étant pas compatible, ses parents conçurent un troisième Mais enfant, Henri. la greffe ne prit pas et Joseph mourut à l'âge de sept ans. Des années plus tard, excédée par les abus de son frère, Elizabeth a banni Henri. Mais ce Noël, la famille se réunit pour la première fois...
 
 
César du Meilleur acteur dans un second rôle aux César 2009 (Jean-Paul Roussillon)

Disponible sur Tencent Video

 

 
 
 

8 femmes (2002)
France
Policier, Comédie
Réalisation : François Ozon
Avec : Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart, Fanny Ardant
 
 
Dans les années cinquante, dans une grande demeure bourgeoise en pleine campagne, on est sur le point de fêter Noël. Mais un drame se produit : le maître de maison est retrouvé assassiné. la victime. Commence alors une longue journey d'enquête, faite de disputes, de trahisons et de révélations.
 
 
Prix ​​pour la meilleure réalisation au Festival des Lumières de 2003

 

Disponible sur Tencent Video

 
 
 
 

Montez le son ! La playlist 100% Noël

image
 
 
Mais que serait Noël sans ses traditionnels chants ou ses tubes pop qui, en quelques notes, nous plongent dans une ambiance chaleureuse et festive!
 
Très populaire aux États-Unis, le phénomène des « Christmas albums » est une étape incontournable dans la carrière des grands chanteurs américains. En France, cette tradition est beaucoup moins répandue. Néanmoins, de nombreux artistes se sont pliés au jeu de la chanson de Noël. Des hits incontournables aux chansons oubliées, en passant par des morceaux insolites... Il faut de tout pour faire une playlist parfaite.
 
 

classic track

      Les grands classiques     

Petit Papa Noël, Mon beau sapin ou encore Vive le vent… À l'évocation de ces titres de chansons, tous les Français pourront vous fredonner quelques notes et penseront avec nostalgie à leur enfance. traversé les générations. Tino Rossi en est l'interprète le plus célèbre. Mais ce répertoire a été complété au fil des années par de nouvelles compositions chantées par les plus grands artists français comme Charles Aznavour Brass ou Georges
 
 

 

Petit Papa Noel music: Celine Dion - Celine Dion Chante Noel

 

 

Noël a Paris music: Charles Aznavour - Joyeux Noël 2021

 
 
 

Les reprises à gogo    

 

Pour répondre à l'engouement des chansons de Noël en France, la jeune scène musicale française a adapté à sa manière non seulement des chansons traditionnelles mais aussi des tubes anglo-saxons planétaires. En 2011, la maison de disque Barclay réunissait autour du compositeur Michel Legrand et d'un big band un casting comprenant Iggy Pop, Olivia Ruiz, Carla Bruni, Renan Luce ou -M-, pour l'album Noël ! Noël !! Noël !!! album FIRST NOEL en 2021, dans lequel il réinterprète 25 des plus grands classiques de Noël en plus de 3 titres inédits qu'il a composés comme un cadeau de Noël pour les fans de jazz. De quoi passer un moment relaxant dans son uneutete Boisson chaude entre les mains !

 
 

o  Jolis Sapins music: Carla Bruni - Noël ! Noël !! Noël !!!

 
 

o   Mon beau sapin music: Ibrahim Maalouf - First Noel

 
 
 
 
 

 

 
Playlist complète

 

 

Retrouvez une playlist complète sur le compte What the France sur Netease en scannant le code QR ci-dessous.
 
 
 

Nous espérons que cette playlist vous aura fait vibrer, rire et danser et nous vous souhaitons de passer de bonnes fêtes de fin d'année !
image

 

 

 

Pochette surprise pour les amateurs de livres

Les fêtes de fin d’année approchent et vous n’avez pas d’idées de cadeaux ? Voici qui devrait vous plaire !

Après le succès de la grande braderie de livres organisée dans le cadre du Mois franco-chinois de l’environnement, quelques livres injustement abandonnés sur nos rayons cherchent encore une nouvelle maison. Afin de prolonger cette initiative éco-responsable, l’Institut français de Pékin vous propose des pochettes surprises de livres bradés à offrir à vos proches.

Image

La magie d’un cadeau est souvent associée à la surprise qu’il procure. On reçoit un beau paquet, bien emballé et coloré, mais dont le contenu reste secret. C’est dans cet esprit qu’a été pensé ce projet.

Chaque pochette comprend 3 livres de poche en français sur une même thématique (littérature, policier, essais, romans jeunesse), au tarif unique de 50 rmb. Il s’agit de livres bradés, dont la couverture peut être légèrement abîmée ou les pages un peu jaunies.

Pour réserver votre pochette surprise, choisissez votre thématique et contactez le club de lecture par courriel à arbreduvoyageur@institutfrancais-chine.com. Vous pourrez ensuite venir chercher votre paquet sur place ou vous le faire envoyer (frais de transport non inclus).


Dans la limite des stocks disponibles.

 

Coordonnées 

 

 

 

 

 

 

arbreduvoyageur@institutfrancais-chine.com

(010) 6553 2627 ext.110

Institut français de Pékin, 18, Gongti Xilu, Chaoyang Qu, Pékin 100020

Du mardi au dimanche, de 14h00 à 18h00*

*horaires aménagés en raison de la situation sanitaire. Merci de votre compréhension.

 

 

 

 

 

 

Julien Creuzet représentera la France à la prochaine Biennale di Venezia

Bravo à Julien Creuzet, qui représentera la France à la 60e Biennale di Venezia en 2024 ! 

 

Julien Creuzet © Virginie Ribaut

 

Julien Creuzet est un artiste plasticien, vidéaste, performeur et poète,âgé de 36 ans. Il a passé l'essentiel de son enfance en Martinique. Ces premières années dans les Caraïbes, au croisement de plusieurs influences culturelles, imprègnent une œuvre dans laquelle le mélange des imaginaires tient une place centrale. Passé par l’École supérieure d'arts & médias de Caen/Cherbourg et par l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, il est également diplômé, en 2013, du Fresnoy - Studio national des arts contemporains. Il enseigne aux Beaux-Arts de Paris.

 

Vue d'installation, Prix Marcel Duchamp 2021, Centre Pompidou, Paris, 2021 © High Art

 

Son travail abénéficié ces dernières années d’une importante visibilité grâce à de nombreuses expositions en France et à l’étranger. Il est par ailleurs lauréat du prix Étant donnés 2022, du prix BMW Art Journey 2021 et nominé du prix Marcel Duchamp 2021. Il est représenté par High Art (Paris), Andrew Kreps Gallery (New-York), Document (Chicago).

 

Vue de l'exposition Hiding behind the foliage. Search for Mygalia, Document Gallery, Chicago, 2017 © Document Gallery

 

Julien Creuzet s’intéresse aux questions de colonisation, de migration ainsi qu’à la manière dont ces dernières influencent les individus et leur identité. Explorant différents héritages culturels, il s’inspire du passé et du présent, de l’ici et de l’ailleurs, pour créer des histoires à la fois personnelles et universelles. Ses réflexions sur la créolisation se retrouvent dans la mixité et la diversité des pratiques qu’il utilise. Ses nouvelles œuvres trouveront, au Pavillon français de Venise, une résonance particulièrement importante avec les questions de notre temps. 

 

Vue d'installation Orphée ruminait des mots à l'étouffée (...), LUMA Arles, 2022 © Victor Picon

 

La Biennale de Venise malgré son grand âge (créée en 1895) reste l’évènement mondial le plus important dédié à l’art contemporain. 800 000 visiteurs (fréquentation historique) ont eu l’occasion de découvrir l’édition 2022 lors de laquelle la France a reçu la mention spéciale du jury avec le projet de Zineb Sedira, Les rêves n’ont pas de titre.



Rendez-vous en mai 2024 pour découvrir le projet que Julien Creuzet imaginera et créera spécialement pour le Pavillon français.

 

Vue de l'exposition Les lumières affaiblies des étoiles lointaines (...), Palais de Tokyo, Paris, 2019 © Aurélien Mole

 

César Franck, le rénovateur discret de la musique française de la seconde moitié du XIXe siècle

 

 

 

César Franck

1822-1890

 

S’il a dû attendre ses 57 ans pour obtenir la consécration dans le domaine de la musique de chambre, César Franck a pourtant été un musicien extrêmement précoce. À l’occasion du bicentenaire de sa naissance (1822-1890), nous vous proposons de redécouvrir cette personnalité complexe et humble de grand talent.

Organiste et compositeur français d’origine belge, César Franck est l’un des musiciens les plus importants du XIXe siècle. Il est pourtant bien moins connu que ses contemporains, et occupe une place singulière dans l’histoire de la musique.

Né à Liège le 10 décembre 1822, César Franck grandit dans une famille modeste. La figure paternelle est déterminante dans la première partie de carrière du jeune César Franck. Son père, modeste employé de banque, ambitionne de faire du jeune César Auguste et de son frère Joseph, des musiciens virtuoses. Le modèle à suivre est Liszt.

Après quelques années d’études à l’Ecole royale de musique de Liège, la famille déménage à Paris dès 1835. César Franck suit alors les cours d’Anton Reicha (professeur de Berlioz, Liszt et Gounod) et de Pierre Zimmermann, avant d’intégrer le Conservatoire. Il y suit Zimmermann, pour les cours de piano, mais également les cours de fugue et de contrepoint d’Aimé Leborne. Et l’orgue dans la classe de Benoist.

Particulièrement brillant, le jeune élève révèle rapidement toute sa virtuosité. En 1838, il obtient un «grand prix d’honneur » de piano, puis un prix de fugue en 1840. Cette même année, il s’inscrit dans la classe d’orgue de François Benoist. Il reçoit le second prix d’orgue en 1841.

L’impatience paternelle empêche néanmoins le jeune homme d’aller au bout de ses études. Celui-ci, trop pressé de voir son prodige de fils donner des concerts, le pousse à quitter le Conservatoire en 1842 pour donner une tournée en Belgique et en Allemagne. Ce sera la seule de sa carrière. Le compositeur doit alors satisfaire aux goûts du père, donnant naissance à des morceaux d’une virtuosité technique évidente: Ballade, Fantaisie, Duos à quatre mains. Ce cadre contraint laisse néanmoins peu de place au jeune musicien de s’exprimer pour lui-même.

Ce sont dans ses œuvres écrites à l’insu de son père que se décèlele style Franck : les Trios (1839-1842) ou encore Ruth (1844-1845), églogue biblique pour soli, chœur et orchestre, qui sera son succès de jeunesse. Ces deux parenthèses dans la tutelle de son père laissent entrevoir la recherche formelle d’un musicien en quête de son style propre.

 

 

 

La véritable rupture n’adviendra qu’en 1846. Celui qui s’accommodait jusqu’alors de répondre aux ambitions d’un autre s’éprend d’une de ses élèves, Félicité Desmousseaux. Le père Franck refuse de consentir au mariage. Pour César Franck, ce sera le moment de l’émancipation: il quitte le domicile paternel, pour épouser Félicité en 1848. 

Franck devient alors un simple professeur de musique, menant une vie modeste et besogneuse, privé du rôle d’impresario que jouait son père jusqu’alors. En 1847, il devient l’organiste à Notre-Dame de Lorette, puis à Saint-Jean-Saint-François du Marais, en 1851. Il est finalement nommé chef de chapelle à la basilique Sainte-Clotilde en 1857, avant de devenir titulaire du nouvel orgue Cavaillé-Coll, à 46 jeux, installé en 1859. Il occupera ce poste jusqu’à sa mort en 1890. Il devient par ailleurs, à 50 ans, professeur d’orgue au Conservatoire.

 

César Franck à l'orgue de Sainte-Clotilde, d'après une peinture originale de Jeanne Rongier 
© Palazzetto Bru Zane/fonds Leduc

 

Réputé bon, humble et trop discret pour rechercher les honneurs et le succès, la vie de Franck reste entourée d’une aura singulière. Un véritable mythe s’est développé autour de lui, et notamment la légende du « Pater Seraphicus ». Franck fédéra effectivement autour de lui une jeune garde, qui dans un Paris fin-de-siècle teinté de symboliste, s’entendent comme des fils spirituels vénérant la mémoire de son maitre érigé en « Pater Seraphicus ». Insistant sur l’improvisation et l’écriture, sur l’expression de la beauté et du lyrisme plutôt que la technique, il forma en effet des artistes d’importance, tels Chausson, d’Indy, Duparc, Vierne, ou encore Guillaume Lekeu qui mirent un point d’honneur à défendre l’héritage de leur professeur.

 

 

Une couverture d'ouvrage représentant César Franck et ses élèves. On y voit, de gauche à droite : E. Chausson (à genoux), Ch. Bordes, A. Bruneau, E. Chabrier, V. d'Indy, A. Messager, Pierre de Bréville. © Palazzetto Bru Zane/fonds Leduc

 

Le caractère modeste et effacé de Franck explique son succès tardif. Compositeur de génie, ce n’est qu’à la fin de sa carrière, loin de l’influence asphyxiante de son géniteur, qu’il produit la plupart de ses chefs-d’œuvre. Sa quintette avec piano et les Béatitudes (1879) annoncent ses grandes œuvres, que sont Prélude, choral et fugue pour piano (1884), Variations symphoniques pour piano et orchestre (1885), la Sonate pour piano et violon (1886), la Symphonie en ré mineur (1888) et ses Trois Chorals pour orgue (1890), écrits l’année de sa mort, et considéré comme son testament musical.

 

 

 

 

La page de titre des Préludes, Fugues et Variations et une esquisse autographe des Variations symphoniques © Gallica, Bibliothèque nationale de France

 

 

 

 

Musicien romantique, d’un lyrisme tumultueux, cheminant entre un Bach et un Beethoven, entre virtuosité technique et innovation, César Franck fut ainsi mis à l’honneur dans le cadre du focus que lui a consacré la 16e édition du festival Croisement, par une programmation audacieuse et singulière, à l’image du musicien qu’il fut.

 

César Franck fut également mis à l’honneur par une série de concerts menés en collaboration avec l’Institut Français, comme le concert exceptionnel de l’Orchestre du Guiyang, qui joua la Symphonie en ré mineur et deux œuvres écrites pour piano et orchestre, dirigé par le chef d’orchestre Zhang Guoyong et en collaboration avec le pianiste Song Siheng le 11 novembre dernier. Le pianiste et compositeur Zhang Shiyue interpréta également Prélude, Fugue et Variation op.18, FWV.30 le 11 septembre 2022.

 

Egalement programmé dans le cadre de Croissement 2022, le concert Choral No. 2 in B minor FWV 39 pour orgue – interprété par l’organiste Shenyuan associant une création de la danse contemporaine de la danseuse Wang Yabin interviendra en septembre 2023 et sera l’occasion de célébrer, encore une fois, un musicien singulier par une pièce audacieuse.

 

Hommage bien mérité pour un compositeur qui a marqué un tournant dans l’histoire de la musique.

La baguette, un patrimoine mondial croquant

 

Croquante 😉      

La baguette est un élément vivant du patrimoine français. Sa mie crémeuse, ses alvéoles aériennes et irrégulières, sa croûte dorée et croustillante ont marqué des générations de gourmands, en France et au-delà.

Le 30 novembre 2022, le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a voté en faveur de l’introduction des savoir-faire artisanaux et de la culture de la baguette de pain de tradition française sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

 

Longue de 40 à 70 centimètres, la baguette est réalisée à partir de quatre ingrédients seulement (farine, eau, sel, levure ou levain). Mais sa confection n’est pas si simple ! Il faut souvent aux boulangers des années de pratique pour trouver leur signature.

Les artisans boulangers sont les garants de la transmission de cette tradition. Ils effectuent un travail exigeant qui demande la maîtrise de gestes méticuleux. Leur savoir-faire est désormais protégé et reconnu par l’UNESCO.

 

 

Contrairement aux idées reçues, la baguette est un produit du XXe siècle, apparu en réponse à l’évolution de la demande urbaine. Les gens aisés en ville avaient besoin d’un pain frais plusieurs fois par jour et les grands pains traditionnels - entre 1 et 2 kilos - étaient simplement trop gros.

Malgré sa jeune histoire, la baguette s’est rapidement gravée dans la mémoire collective. Beaucoup de jeunes français font leurs dents en mordant dans un croûton. Et c’est l’un des premiers achats des enfants, à qui l’on donne quelques sous pour se rendre à la boulangerie.

 

 

La boulangerie est un lieu de parfums et de senteurs, qui s’inscrivent dans la mémoire collective dès le plus jeune âge. Le boulanger ou la boulangère est un visage familier et participe au maintien du lien social d’un quartier ou d’un village. Régulièrement voire quotidiennement, un membre de la famille va chercher la baguette, qui se mange fraîche.

C’est devenu une image emblématique de la France : des clients sortant d’une boulangerie baguette sous le bras, n’hésitant pas à la mordre à pleine dents lorsqu’elle est encore chaude. Elle est aussi un symbole de l’hospitalité française : c’est un pain de partage, qui se coupe, se transporte et se passe de main en main avec facilité.

 

 

Ce produit symbolique entre cette année sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en même temps que les techniques traditionnelles de transformation du thé, présentées par la Chine. Vert, noir, jaune, sombre, blanc, aux fleurs ou oolong, le thé se décline en couleurs et saveurs diverses qui sont le fruit de savoir-faire centenaires. Il est omniprésent dans le quotidien des Chinois et permet d’échanger, de tisser des liens et de se rapprocher.

De la même manière, la baguette occupe une place centrale dans la culture française et est aussi un symbole de partage, de simplicité et d’échange. Nous nous réjouissons de l’entrée au patrimoine mondial de l’UNESCO de la baguette et du thé et félicitons les communautés chinoises et françaises qui ont œuvré pour ces inscriptions !

 

 

Pour les plus téméraires d’entre vous qui souhaiteraient essayer de confectionner une baguette, voici une recette très simple :

 

 

Recette

Ingrédients

375 g de farine de blé type 55

215 g d’eau

7 g de sel fin

5 g de levure sèche de boulange

 

Accessoires

Four

Saladier

Torchon

Couteau

 

Préparation

  1. Je fais tiédir l’eau (environ 40°C).

  2. Dans un saladier, je mélange la farine, le sel et la levure sèche. Je verse l’eau tiède et travaille l’ensemble pendant 5 minutes jusqu’à l’obtention d’une boule lisse.

  3. Je recouvre le saladier d’un torchon et laisse reposer pendant 40 minutes à température ambiante, à l’abri des courants d’air.

  4. Je travaille la pâte pour la dégazer puis la divise en 3 parts. Je roule chaque part en un cylindre, un peu plus long que les empreintes du moule à baguettes.

  5. Je farine une plaque et je dispose les cylindres de pâte dessus. Je laisse reposer 20 minutes, à température ambiante, à l’abri des courants d’air. Je préchauffe le four à 250°C.

  6. Je badigeonne le dessus des baguettes d’eau, en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’eau entre la pâte et la plaque. Je fais des incisions assez profondes sur le dessus.

  7. J’enfourne et cuis 25 minutes à 240°C.

 

Et voilà, vous aurez entre vos mains un morceau de patrimoine mondial bien croquant !

 

Réouverture de l’Institut français de Pékin

 

 

 

Nous avons le plaisir de vous informer que l’Institut français de Pékin rouvrira ses portes à partir du mardi 13 décembre 2022.

 

 

 
 

médiathèque

 
 
 
Vous pourrez y accéder pour l'emprunt des livres, en revanche la lecture sur place ne sera pas encore possible. Le système de prêt à distance sera toujours valable. Un service de retrait et dépôt de livres sur place sans contact avec le personnel sera mis en place à partir de la réouverture.
 
Ouvert du mardi au dimanche, de 14h à 18h.

 

 
 
 
L’Arbre du voyageur 
 
 
 
 
Le club de lecture vous permet d’acheter des livres en français, sur place mais aussi depuis votre domicile. Pour toute commande de livre à distance, vous pouvez écrire à arbreduvoyageur@institutfrancais-chine.com.
 
Ouvert du mardi au dimanche, de 14h à 18h.
 
 
 
 
Auditorium
 
La projection de film reprendra à partir du vendredi 16 décembre. Consultez le dernier article de ce push pour connaître la programmation.
 
 
 
Alliance Française de Pékin
 
L'accueil de l'Alliance Française de Pékin sera ouvert de nouveau de 9h à 19h à partir du 12 décembre. Les cours reprendront progressivement en présentiel. Pour plus de détails, veuillez contacter les conseillères clientèle de l'Alliance Française de Pékin. ( Conformément à la réglementation applicable, les étudiants et les visiteurs sur place doivent présenter le code de santé vert et un résultat négatif du test PCR de moins de 48 heures.)
 
 
 
 
Campus France Chine
 
Le bureau Campus France Chine sera également ouvert à partir du lundi 12 décembre. 
 
 
 

Consignes de sécurité

 
 
Pour la sécurité de tous, nous soulignons la nécessité du strict respect des consignes suivantes :
 

À l'entrée

 

Montrez votre HealthKit vert (le certificat négatif d’un test de moins de 48h n’est plus nécessaire).

Acceptez la prise de température obligatoire.

Désinfectez vos mains.  

À l'intérieur

 

Portez toujours votre masque, couvrant la bouche et le nez. Le port du masque est obligatoire pendant toute la séance de cinéma. 

 

 

À bientôt à l’Institut français de Pékin !

 

 

 

 

 

 

 

Le palmarès du Prix Fu Lei 2022 dévoilé

 

Le jury du Prix Fu Lei de la traduction et de l’édition s’est réuni le 20 novembre dernier pour la sélection finale et le choix des lauréats de cette 14e édition. Le prix de la catégorie « Essai » est attribué à Gu Xiaoyan pour sa traduction du Temps des cathédrales. L’art de la société 980-1420 de Georges Duby, paru chez Nanjing University Press ; le prix de la catégorie « Littérature » est décerné à Liu Nanqi pour sa traduction du Livre des Limites d’Edmond Jabès, paru chez Guangxi Normal University Press Group ; le prix « Jeune pousse » récompense Lyu Ruyu pour sa traduction du Mystère Henri Pick de David Foenkinos, parue chez Shanghai Translation Publishing House.
 

Prix dans la catégorie « Essai »

 

 

Le Temps des cathédrales. L’art et la société 980 – 1420 de Georges Duby

Traduit par Gu Xiaoyan

Nanjing University Press

 

Présentation de la traductrice

Docteure en traductologie et diplômée de l’Université de Nanjing, Gu Xiaoyan est professeure de français à l’Université d’économie et de finance de Nankin. Elle a été boursière du Centre National du Livre en tant que traductrice en 2013. Elle a dirigé plusieurs projets de recherches sur la traduction. Elle a traduit, entre autres, Le Dernier des Mozart de Jacques Tournier, Les Femmes de l’ombre de Laurent Vachaud, Clara. S. Les secrets d’une passion de Claude Samuel.

 

Le mot du jury 

Le Temps des cathédrales. L’art et la société 980-1420 est un ouvrage important dans la tradition historiographique française. Sa valeur académique liée aux recherches de la culture médiévale est toujours reconnue aujourd’hui, tant par les spécialistes que par le grand public.

La traduction de Gu Xiaoyan rend fidèlement la pensée de Georges Duby, tout en gardant le style à la fois historique et littéraire du texte original. Elle a aussi effectué un travail pédagogique important à travers ses notes de traduction.

 
 
 

Prix dans la catégorie « Littérature »

 

Le Livre des Limites d’Edmond Jabès

Traduit par Liu Nanqi

Guangxi Normal University Press Group

 

 

Présentation du traducteur

Né à Pékin, Liu Nanqi est diplomé de l’Université de Pékin (Faculté de Langue et Littérature française, Département de Langue et Littérature occidentales, 1982) et de l’University of International Business and Economics (Faculté de Droit, 2001). Attaché économique près l’Ambassade de Chine en Centrafrique dans les années 1980, il a été investi dans les affaires économiques et commerciales extérieures pendant de nombreuses années. Il est professeur invité et tuteur MBA depuis 2014 à l’University of International Business and Economics. Il est traducteur de Charles Baudelaire (Les Fleurs du mal, Le Spleen de Paris), de Francis Jammes (De l’Angélus de l’Aube à l’Angélus du soir, Le Deuil des Primevères), d’Edmond Jabès (Le Livre des Questions, Le Livre des Ressemblances, Le Livre des Limites, Un étranger avec, sous le bras, un livre de petit format, Je bâtis ma demeure) et de quelques essais poétiques d’Yves Bonnefoy. Il a été finaliste du Prix Fu Lei en 2021 pour sa traduction du Livre des Questions de Jabès.

 

Le mot du jury 

Le Livre des Limites d’Edmond Jabès délivre les réflexions approfondies de l’écrivain sur le monde, la vie, la judaïcité, le soi, le discours, l’écriture. Ce texte au confluent des genres littéraires regorge d’images et de mots aux connotations très abstraites.

La traduction de Liu Nanqi transmet la mélodie et le rythme de ce poème en prose philosophique, avec une musique qui rend la beauté du texte. Il est également très précieux que Liu Nanqi ait traduit l’ensemble des œuvres de Jabès, durant des années, sans relâche.

 

 

 

Prix « Jeune pousse »

 

 

Le Mystère Henri Pick de David Foenkinos

Traduit par Lyu Ruyu

Shanghai Translation Publishing House

 

Présentation de la traductrice

Après avoir obtenu son doctorat du Département de français de l’Université de Pékin, Lyu Ruyu est maintenant maître de conférences au Département de français de l’Université Renmin de Chine. Traductrice depuis 2013, elle a déjà traduit trois romans de David Foenkinos : La Délicatesse, Charlotte et Le Mystère Henri Pick.

 

Le mot du jury 

Le Mystère Henri Pick de David Foenkinos génère chez ses lecteurs un sentiment de joie, avec beaucoup de suspense et d’humour. Cette écriture apparemment nonchalante et légère provoque pourtant des émotions profondes et une réflexion sérieuse. La traduction de Lyu Ruyu rend formidablement bien le style captivant et humoristique de ce roman.

 

 
Ces trois titres ont été sélectionnés parmi les 10 œuvres finalistes, qui ont nourri des discussions intenses au cours des trois heures qu’ont duré les délibérations. 32 ouvrages étaient en lice cette année pour le Prix Fu Lei, à l’équilibre entre les deux catégories : 16 dans la catégorie « Essai » et 16 dans la catégorie « Littérature ». La sélection finale a été assurée par un jury présidé par Yu Zhongxian, traducteur et ancien rédacteur en chef de la revue Shijie Wenxue (Littérature du Monde), et composé de sept membres permanents, de deux lauréates de l’édition 2021, Huang Yaqin et Zhang Wen, ainsi que de deux invités d’honneur, les écrivains Miao Wei et Chan Koonchung.
 

 
Les membres invités du jury 2022
 

Miao Wei 

 
Romancier, Miao Wei est l’auteur entre autres de La promenade du dimanche matin, Je suis malade, On aura du pain, Laissez-moi aller dans le monde plein de tentations, Lettres à Dazhuang. Ancien rédacteur en chef adjoint du Sanlian Life Week et ancien rédacteur en chef du magazine Wissen, il se consacre aujourd’hui à l’écriture.
 
 

Chan Koonchung

 
Chan Koonchung est un écrivain sinophone, auteur du roman salué par la critique Les Années fastes. Il est lauréat du Prix de l’auteur de l’année à la Hong Kong Book Fair 2013, ainsi que du Jury Award et du Jury Highly Recommended Award de la Dream of Red Chamber Award of World’s Distinguished Novel in Chinese, respectivement en 2016 et en 2022. Il a été distingué par l’Université de Hong Kong et l’Université baptiste de Hong Kong. Il a notamment écrit les essais Marxism and Literary Criticism ; Utopia, Dystopia, Heterotopia ; Bohemian China et Vivre pleinement la contradiction de notre temps (disponible en traduction française aux éditions Nuvis).

 

 

 

 

Zhang Wen

 
Zhang Wen est enseignante-chercheuse à la Faculté des langues étrangères de l’Université de Pékin. Titulaire d’un doctorat en traductologie de l’ESIT (École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs), Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), elle a rédigé une thèse intitulée « Les décisions du traducteur de la littérature de jeunesse 2021 sous contraintes lectoriales : une étude sur les traductions chinoises des contes de Charles Perrault ». Depuis, elle continue à travailler sur l’éthique de la traduction et l’introduction des livres jeunesse français en Chine, tout en exerçant son activité de traductrice. Elle a été lauréate du Prix Fu Lei en 2021, dans la catégorie « Essai », pour sa traduction de L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique d’Antoine Berman.

 

 

 

 

Huang Yaqin

 

Huang Yaqin est éditrice de littérature française au sein de Shanghai Translation Publishing House et a participé au fellowship professionnel du Bureau International de l’Edition Française (B.I.E.F.) en 2018. Elle a traduit en chinois J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian, Deux remords de Monet de Michel Bernard, Pourquoi je n’ai écrit aucun de mes livres de Marcel Bénabou, ainsi que La Septième Fonction du langage de Laurent Binet. Elle a été lauréate du Prix Fu Lei en 2021, dans la catégorie « Littérature », pour sa traduction du Garçon de Marcus Malte.

 

 

 

 
Les membres permanents du jury

 

 

Dong Qiang

 

Président du comité d’organisation du Prix Fu Lei
 
 
Dong Qiang est doyen de l’Académie Yenching, professeur distingué (Boya) et directeur de recherches au département de français de l’Université de Pékin. Docteur honoris causa de l’Université Libre de Bruxelles, il est nommé Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques en 2008 et a reçu le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française en 2013. Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur en 2015, il a été élu membre correspondant de l’Institut de France en 2016.

 

 

 

 

Yu Zhongxian

 

Président du jury du Prix Fu Lei 2022
 
Ancien rédacteur en chef de la revue Shijie Wenxue (Littératures du Monde), Yu Zhongxian est traducteur littéraire, professeur et directeur de thèse à l’Académie des sciences sociales de Chine. Nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 2002, il a par ailleurs été lauréat du Prix Lu Xun 2018 dans la catégorie « Traduction littéraire ».

 

 

 

 
 

Duanmu Mei

 

Directrice d’études en Histoire de France et de Suisse à l’Institut d’histoire mondiale de l’Académie des sciences sociales de Chine. Mme Duanmu Mei est présidente d’honneur de la Société chinoise d’études de l’histoire de France (SCEHF). Elle a par ailleurs été nommée Officier de l’Ordre National du Mérite en 2011 et Chevalier de l’ordre des Palmes académiques en 2021.

 

 

 

 

 
 

Wang Kun

 

Titulaire d’un master ès Lettres en langue et littérature françaises (BFSU) et d’un master en sociologie (Sciences Po Paris), Wang Kun est directeur adjoint de la Faculté d’études françaises et francophones de l’Université des Langues étrangères de Beijing et traducteur d’ouvrages en sciences sociales. Il a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 2019.

 

 

 
 

Guillaume Olive

Lors de ses études de sinologie à l’École pratique des Hautes Etudes, Guillaume Olive s’est spécialisé dans la poésie classique. Passionné par le répertoire des récits populaires, il a publié de nombreux recueils de contes parmi lesquels Contes de Mandchourie à L’école des loisirs, Contes des peuples de Chine (récemment réédité aux éditions des éléphants), Dix contes de Chine et La Chine en 12 récits chez Flammarion. Il a également adapté en français les grandes poésies de l’époque des Tang (Poèmes de Chine aux éditions du Seuil).

 
 
 
 

Caroline Puel

 
Grand Reporter et écrivaine, Caroline Puel est l’auteure des livres de référence Les 30 ans qui ont changé la Chine et Les 30 glorieuses chinoises. Elle a été récompensée par le Prix Albert Londres en 1997 pour ses reportages sur la Chine qu’elle sillonne depuis plus de 35 ans, elle est également spécialiste d’art contemporain chinois et enseignante.

 

 

 

 

Julien Portier

 
Diplômé de l’École des hautes études en sciences sociales, passionné de sciences humaines, littérature, ainsi que de sinologie, Julien Portier est actuellement professeur d’histoire-géographie au Lycée français de Pékin. Il a une longue expérience au sein du monde académique et universitaire chinois, y assurant notamment des cours de traduction du chinois vers le français. Il est notamment auteur d’une traduction de la trilogie Eclipse (Désillusion, Vacillation et Aspiration) de Mao Dun, et de deux manuels scolaires à destination des étudiants chinois.

 

© Toutes les images sont de droits réversés.
 
 

Comme chaque année, le Prix Fu Lei est organisé avec le concours précieux de nos sponsors.

 

Quand les artistes ont la main verte !

 

2nde édition du Prix Choi pour l’art contemporain

Les lauréats 2022

 
Le jury du prix Choi pour l’art contemporain s’est réuni le 2 novembre dernier et a désigné le duo d’artistes Cao Minghao & Chen Jianjun ainsi qu’Adrien Missika lauréats de cette édition 2022.
 
Ces trois artistes font preuve d’une conscience écologique et d’une pratique artistique extrêmement engagée. Comme le souligne Hélène Guénin, directrice du MAMAC, « ce jury est très heureux de ce choix et de la complémentarité de ces 3 artistes ». 

 

{"preview_thumbnail":"/wp-content/uploads/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/XNTkyNTMxNjQyNA%3D%3D.jpg?itok=liPT44wC","video_url":"https://v.youku.com/v_show/id_XNTkyNTMxNjQyNA==.html","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":1},"settings_summary":["Embedded Video (Adaptatif, autoplaying)."]}

Mot du jury, représenté par Hélène Guénin
 
 

Cao Minghao & Chen Jianjun

 
Cao Minghao & Chen Jianjun travaillent en voyageant. Leur pratique artistique est axée sur la recherche. Ils mènent de nombreux projets avec les communautés locales à partir de savoir-faire ancestraux. Depuis 2015, ils développent un projet sur l’histoire de l’écologie, le « Water System Project », basé sur le projet d’irrigation de Dujiangyan, situé entre les montagnes et les plaines de la rivière Minjiang dans le Sichuan. Il s’agit du plus ancien projet de dérivation d’eau sans barrage au monde, toujours utilisé aujourd’hui.  
 

Water System Refuge #3, 2022©CaoMinghao&Chen Jianjun

 
 

Avec ce projet comme point d’entrée pour leur création artistique, Cao Minghao & Chen Jianjun mettent en œuvre des pratiques collaboratives, des installations, des images, des documents collectés et des ateliers. Ils mettent en évidence à la fois différentes réflexions sur les systèmes d’irrigation passés et futurs, des pratiques écologiques, des récits individuels et collectifs, des recherches sur une conscience écologique à l’œuvre.

{"preview_thumbnail":"/wp-content/uploads/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/XNTkyMzUwMTQ2MA%3D%3D.jpg?itok=tk577Etf","video_url":"https://v.youku.com/v_show/id_XNTkyMzUwMTQ2MA==.html","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":1},"settings_summary":["Embedded Video (Adaptatif, autoplaying)."]}

 
 

Adrien Missika

 
Adrien Missika est artiste et jardinier. Lui aussi travaille en voyageant. Son œuvre explore avec humour le naturel et le culturel. Par une variété de médiums (vidéo, photographie, sculpture, installation, action), son travail creuse dans le large éventail des sciences naturelles et environnementales telles que l’écologie, la biologie et la géographie.

 

Palazzo delle © Adrien Missika

 
 

Depuis des années, Adrien Missika parcourt le monde et travaille sur les phénomènes naturels les plus curieux, pour dévoiler la nature, la mettre en scène, afin de la redécouvrir et de la réadapter au monde d’aujourd’hui. Il travaille également sur la manière dont la nature cherche en permanence à négocier sa présence dans nos architectures et villes contemporaines.

{"preview_thumbnail":"/wp-content/uploads/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/XNTkyNTMyMDgwNA%3D%3D.jpg?itok=zSNnQbo8","video_url":"https://v.youku.com/v_show/id_XNTkyNTMyMDgwNA==.html","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":1},"settings_summary":["Embedded Video (Adaptatif, autoplaying)."]}

 
Cette année, deux partenaires culturels prestigieux - le musée d’Art moderne et d’Art contemporain de Nice (le MAMAC) et Inside-Out Art Museum à Pékin - se sont associés à la sélection des artistes nommés et lauréats.
 
Pour cette seconde édition, 9 artistes avaient été présélectionnés :  Adrien Missika, Angelika Markul, Cao Minghao & Chen Jianjun, Cheng Xinhao, Marion Orfila, Ren Ri, Vivien Roubaud, Zhang Ruyi. Issus de toutes les générations, ils ont développé des pratiques singulières et des approches personnelles du sujet environnemental. La richesse de leurs réflexions et la diversité de leurs productions nous donnent l’opportunité d’examiner les questions cruciales posées à nos sociétés à travers le regard d’artistes contemporains.
 
 
L’art au service de l’écologie
 
 
Ce prix est le fruit d’un dialogue entre l’Institut français en Chine et la Fondation Choi sur le rôle joué par l’art et la culture dans l’émergence de nouvelles manières d’habiter notre planète.
 
Cela n’est plus à démontrer : l’écologie est un enjeu crucial du XXIe siècle. L’habitabilité de la terre pour les générations futures en dépend. Les artistes, en ce qu’ils interrogent nos relations à la planète, en ce qu’ils nous aident à imaginer un monde désirable pour les générations futures, sont des acteurs clefs de la transition écologique. À leurs côtés, de nombreuses institutions d’art contemporain s’engagent et sont porteuses de réflexion et de changement face à l’enjeu d’une décarbonation de la culture.  
 
Le Prix de la Fondation Choi pour l’art contemporain s’inscrit dans cette dynamique en soutenant chaque année deux artistes dont le travail démontre un engagement écologique. Les deux lauréats, un artiste français et un artiste chinois reçoivent chacun une dotation de 15 000 euros pour réaliser un projet en résonnance avec les enjeux écologiques et environnementaux. Ce prix permet, par le soutien à la création contemporaine, de sensibiliser le grand public aux problématiques écologiques et de valoriser le rôle joué par les artistes face à la crise actuelle.
 
 
 
« Ce prix d’art contemporain est une nouvelle plateforme pour encourager la réflexion sur les questions écologiques. Grâce à la collaboration et à l’échange avec des institutions artistiques et des artistes de haut niveau, nous espérons mettre en lumière le développement écologique – un sujet de préoccupation mondiale – et apporter une nouvelle contribution à l’harmonie entre l’humanité et la terre. »
 
Jonathan K.S. Choi, président de la Fondation Choi

 

 
Les membres du jury
 
Xiaoyang CHEN
Directrice adjointe exécutive, Musée d’art de l’Académie des Beaux-arts, Canton
 
Gilbert CHOY 
Directeur, Choi Centre, Jonathan KS Choi Foundation
 
Hélène GUENIN
Directrice, Musée d’Art moderne et d’Art contemporain (MAMAC), Nice
 
Aude URCUN BRUNEL
Attachée culturelle, Ambassade de France en Chine
 
Carol Yinghua LU

Directrice, Inside-Out Art Museum, Beijing

 

Les Choristes en salle à partir du 2 décembre

 

Le film français culte Les Choristes sort pour la première fois sur grand écran en Chine, et dans une version restaurée en 4K ! La sortie événement est prévue pour le 2 décembre.

 

 

 

Un film intemporel et réconfortant 

 

Réalisé par Christophe Barratier, Les Choristes a connu un succès phénoménal non seulement en France, mais aussi dans le monde entier. Nommé huit fois aux César du cinéma en 2005, il obtient le César de la meilleure musique et celui du meilleur son. Il a également été nommé deux fois aux Oscars, pour le prix de la meilleure chanson et celui du meilleur film étranger.

L’histoire se déroule en 1949. Clément Mathieu, professeur de musique sans emploi, accepte un poste de surveillant dans un pensionnat pour garçons nommé « Fond de l'étang ». Le système répressif appliqué par le directeur, Rachin, bouleverse Mathieu. En initiant ces enfants difficiles à la musique et au chant choral, Mathieu parviendra à transformer leur quotidien.

 

{"preview_thumbnail":"/wp-content/uploads/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/XNTkyMzQ2NzI1Ng%3D%3D.jpg?itok=_bFdyTqR","video_url":"https://v.youku.com/v_show/id_XNTkyMzQ2NzI1Ng==.html","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":1},"settings_summary":["Embedded Video (Adaptatif, autoplaying)."]}

Le film, rempli de tendresse, de drôlerie et d’espoir, est très attendu par le public chinois. Nombreux sont les fans qui ont hâte de redécouvrir en salle la chanson phare du film, Vois sur ton chemin.

Les Choristes est produit par Galatée Films, et importé par China Film Group Corporation.

Venez redécouvrir le film sur les écrans chinois, et laissez-vous envelopper dans une douce nostalgie, bercée par les voix célestes des enfants de la chorale !

 

 

Trois autres films de Christophe Barratier

 

À l’occasion de la sortie des Choristes, découvrez trois autres long-métrages du réalisateur Christophe Barratier disponibles sur des plateformes chinoises. De quoi ravir petits et grands !

Faubourg 36 raconte l'histoire de trois chômeurs qui tentent de faire revivre une salle de music-hall, le « Chansonia ». Un film qui renoue avec le cinéma et la chanson populaires !

 
Regarder le film sur Tencent Vidéo

 

Dans L’outsider, un ancien trader cherche à comprendre les ressorts d’un accident financier. Le film s’inspire de l'histoire de Jérôme Kerviel, considéré responsable de la perte de 4,9 milliards d'euros.
 
Regarder le film sur iqiyi
 
La Nouvelle guerre des boutons, adaptation du livre éponyme de Louis Pergaud, raconte l’histoire de deux bandes d’enfants rivales, et fait la part belle à un casting composé de jeunes acteurs. 
 
 
Regarder le film sur Tencent Vidéo
 

 

 

« Les choristes » existent également dans la vraie vie !

 

Plusieurs chœurs d’enfants existent sur la scène internationale, et notamment française, comme Kids United et New Poppys.

Kids United est un groupe de musique pop français composé d’enfants et de jeunes adolescents. Formé en 2015 dans le cadre d’une campagne de l’UNICEF France, Kids Unitd reprennent « les plus belles chansons célébrant la paix et l'espoir ». Ils ont très vite connu un succès mondial et ont vendu plus de 1,7 million d'albums en 3 ans. En 2018, le groupe a décidé de se séparer pour laisser place à une nouvelle génération. Cinq jeunes talents ont pris la relève afin de continuer à véhiculer leur message de paix à travers le monde et toujours en musique sous le nom : Kids United Nouvelle Génération.

New Poppys est composé d'enfants qui chantent pour rêver. Leur nom vient de Les Poppys, un groupe d'enfants français interprétant des chants dans la mouvance hippie des années 1970, en pleine guerre du Viêt Nam. Leurs chansons mettent en avant l'amour, l'incompréhension face à la guerre et la violence des adultes, la fraternité, la paix, l'écologie mais aussi la religion.

 

 

 

Les Prix littéraires d’automne

 

Parmi les lauréats de cette année, nous retrouvons des auteurs déjà confirmés comme Brigitte Giraud, prix Goncourt pour Vivre vite (Flammarion) et Simon Liberati, prix Renaudot pour Performance (Grasset), déjà reconnus par leurs pairs et récompensés pour des livres précédents. Le palmarès des grands prix permet aussi cette année de mettre en lumière de nouvelles voix comme Giuliano Da Empoli qui remporte le prix de l’Académie Française pour son premier roman, Le Mage du Kremlin (Gallimard), ou encore Philibert Humm, autre primo-romancier récompensé par le prix Interallié pour Roman fleuve (Editions des Equateurs).

 

Découvrons les lauréats !

 

Prix Goncourt : Brigitte Giraud, Vivre vite (Flammarion)

 

 

Le très attendu Prix Goncourt a été décerné à Brigitte Giraud pour Vivre vite, après 14 tours de scrutin. Dans ce récit autobiographique, la narratrice déploie de nombreuses hypothèses pour chercher vainement à expliquer la mort de son compagnon Claude dans un accident de moto, vingt ans plus tôt. Cet égrainage des possibilités tisse la trame narrative d’un roman au rythme oppressant, à la fois portrait amoureux et description d’une époque. Ce prix Goncourt vient confirmer le talent de Brigitte Giraud, déjà récompensée par une mention spéciale du prix Wepler pour A présent en 2001 et du prix Jean-Giono pour Une année étrangère en 2009, et du prix Goncourt de la nouvelle pour L’Amour est très surestimé en 2007.

 

Prix Goncourt des Lycéens : Sabyl Ghoussoub, Beyrouth-sur-Seine (Stock)

 

 

Avec Beyrouth-sur-Seine, Sabyl Ghoussoub a obtenu le 35e prix Goncourt des lycéens, délivré par un jury de douze lycéens représentant 1 500 jeunes français. Ce roman qui retrace le parcours d’une famille libanaise qui émigre en France alors que la guerre éclate au Liban est un récit largement autobiographique. L’auteur, journaliste franco-libanais, a accueilli le prix par ces mots : « Le mauvais lycéen que j’étais devrait remercier les merveilleux lycéens que vous êtes. Ce prix est un énorme honneur».

 

Prix Renaudot : Simon Liberati, Performance (Grasset)

 

 

Simon Liberati a été récompensé du Prix Renaudot pour Performance, une autofiction qui prend pour personnage principal un auteur septuagénaire en manque d’inspiration, entretenant une relation amoureuse avec sa belle-fille. Ce roman qui se concentre autour de l’écriture du scénario d’une série consacrée aux Rolling Stones est empreint d’une esthétique que les critiques ont qualifié de punk et romantique. Simon Liberati avait déjà été récompensé par le prix de Flore en 2009 pour l’Hyper Justine (Flammarion) et par le prix Femina en 2012 pour Jayne Mansfield 1967 (Grasset).

 

 

Prix de l’Académie Française : Giuliano Da Empoli, Le Mage du Kremlin (Gallimard)

 

 

Cité parmi les grands favoris pour le prix Goncourt, Le Mage du Kremlin de Giuliano Da Empoli a finalement remporté le prix de l’Académie Française. Bien qu’il s’agisse de son premier roman, Giuliano Da Empoli a déjà une longue carrière derrière lui : il a co-fondé le think tank italien Volta, occupé le poste de maire-adjoint à la culture de Florence et celui de conseiller politique. C’est sans doute sur cette expérience politique confirmée qu’il s’est appuyé pour écrire Le Mage du Kremlin, un portrait du personnage Vadim Baranov. Ce dernier emprunte beaucoup à Vladislav Sourkov, l’un des principaux idéologues du Kremlin, qui a joué un rôle de premier plan dans l’ascension de Vladimir Poutine au pouvoir dans les années 2000.

 

 

Prix Interallié : Philibert Humm, Roman fleuve (Editions des Equateurs)

 

 

Roman fleuve, premier roman de Philibert Humm a été récompensé par le prix Interallié. Ce livre salué par la critique pour son ton décalé et burlesque prend la forme d’un itinéraire sur la Seine de trois amis, qui rejoignent Honfleur depuis Paris à bord d’un canot. Cette aventure ponctuée de péripéties anecdotiques est prétexte à l’auteur de raconter l’amitié de ces trois personnages. Ce récit de la fraternité a sans doute contribué à convaincre le jury exclusivement masculin du prix Interallié.

 

 

Prix Femina : Claudie Hunzinger, Un chien à ma table (Grasset)

 

Le prix Femina, dont le jury est quant à lui composé exclusivement de femmes a décidé de remettre cette année sa récompense à Claudie Hunzinger pour Un chien à ma table. Ce roman prend pour personnage principal une jeune chienne, Yes, qui fait irruption dans la vie d’un couple âgé. Questionnant l’amour de ce couple, Yes est aussi le prétexte pour l’écrivaine d’interroger plus largement notre rapport à la nature. Un chien à ma table compte parmi les livres les plus attendus car il figurait sur les deuxièmes sélections des prix Renaudot, Femina et Médicis.

 

 

Prix Décembre : Quand tu écouteras cette chanson de Lola Lafon (Stock)

 

Lola Lafon se voit récompensée par le Prix Décembre pour Quand tu écouteras cette chanson, livre sur Anne Franck qui fait écho à ses drames intimes. Publié dans l’excellente collection « Ma nuit au musée », ce récit raconte sa nuit passée dans l’Annexe du musée Anne Franck à Amsterdam, lieu où la jeune adolescente a vécu cachée avec sa famille avant d’être déportée et assassinée dans le camp de concentration de Bergen-Belsen en 1945. Ce récit poignant de Lola Lafon permet de replacer le journal d’Anne Franck dans son contexte, d’en apprendre la véritable histoire et de le réhabiliter au rang d’œuvre littéraire écrite par une grande écrivaine, qui n’était pas uniquement ce que l’Histoire a retenu d’elle, c’est-à-dire une victime de la Shoah.

 

 

Prix Médicis : Emmanuelle Bayamack-Tam, La Treizième heure (P.O.L.)

 

Emmanuelle Bayamack-Tam remporte le prix Médicis avec La Treizième heure, un roman familial contemporain qui aborde les problématiques du genre, de la transidentité et des nouvelles formes de parentalités dans une narration croisée qui donne voix aux trois membres d’une même famille. Emmanuelle Bayamack-Tam s’était déjà faite remarquer pour Arcadie (P.O.L.), prix du Livre Inter en 2019.

 

Re)penser l’écologie #3 - L’océan si nécessaire et pourtant mal connu

L’océan si nécessaire et pourtant mal connu

Bruno David

 

Ce texte est inspiré et emprunte à l’ouvrage Mondes marins. Voyage insolite au cœur des océans B. David, C. Ozouf-Costaz et M. Troussellier (Cherche Midi et CNRS 2013).
 
 

 

 

© A. Iatzoura-MNHN

Président du Muséum national d’Histoire naturelle depuis 2015, Bruno David a été chercheur au CNRS. Paléontologue et biologiste, ses recherches l’ont conduit à explorer l’évolution de la biodiversité. Il a participé à de grandes missions océanographiques dans l'Océan Austral, la mer des Caraïbes et dans le Pacifique avec le submersible Nautile. Il tient, depuis septembre 2020, une chronique sur France Culture et il est, entre autres, l’auteur de À l’aube de la 6e extinction paru chez Grasset (2021) et du Monde vivant avec G. Lecointre (Grasset, 2022).

 
 
 
 

 

L'océan est immense. Il couvre 360 millions de kilomètres carrés, soit 70 % de la surface de la planète. Il offre à la vie un volume de 1,3 milliards de kilomètres cubes, soit 96% du volume biosphérique. La longueur déroulée des côtes mondiales est estimée à 40 fois la circonférence de la Terre – en suivant les contours des cartes au 1/250 000 –, soit 1 600 000 kilomètres.

L'océan est profond. Sa profondeur moyenne est de 3 700 m et les plateaux continentaux, où se concentre la vie, ne représentent qu'un peu plus de 7 % de sa surface totale. Ces plateaux abritent en effet l'immense majorité des espèces marines qui y bénéficient d'énergie solaire (les récifs coralliens en sont l'exemple le plus flagrant) et ils sont le lieu de l'essentiel de nos activités comme la pêche, l'aquaculture, le tourisme…

L’océan est traversé de courants gigantesques. Le Gulf Stream au large de Terre-Neuve a un débit de 100 millions de mètres cubes par seconde, mais il est dépassé par le courant circumpolaire qui tourne autour de l’Antarctique qui atteint 150 millions de m3/s, soit l’équivalent de 700 Amazone ou encore 120 fois l’ensemble des fleuves du monde.

Les eaux salées de l'océan sont un milieu bien spécifique. La pression y règne en maître : 100 bars à 1 000 mètres de profondeur, 1 000 bars à 10 000 mètres (rappelons que la pression atmosphérique n’est que d'un seul petit bar). La viscosité y est plus de 50 fois celle de l'air, et la densité plus de 800 fois celle de l'air. Les déplacements actifs y sont donc plus difficiles, mais la poussée d'Archimède facilite aussi une vie dans les trois dimensions, permettant de passer des profondeurs à la surface sans avoir à dépenser trop d'énergie. L'oxygène y est rare (30 fois moins que dans l'air à volume égal).

Tout cela fait que l’océan est tout sauf une masse d’eau inerte et homogène. Il n’a pas le même visage selon les endroits et les profondeurs, il change au gré des saisons, des années, des époques et sa géographie s’est modulée au fil des périodes géologiques participant ainsi façonner des contextes plus ou moins favorables à l’essor du vivant..

L’océan mondial est de loin le plus vaste ensemble d’écosystèmes de la planète. Il joue un rôle essentiel dans les processus de transfert et de stockage de matière et d’énergie, notamment à travers des couplages étroits entre ses composantes physiques, chimiques et biologiques au sein des grands cycles biogéochimiques. Il est indissociable de la vie sur Terre qui est née dans l'océan et qui y a trouvé un espace disponible pour s'y épanouir.

 

La biodiversité marine

L’océan d’aujourd’hui abrite une multitude d'habitats, depuis les littoraux de toutes natures (fonds rocheux, sableux ou herbiers de nos côtes) jusqu'aux grands fonds (plaines abyssales monotones ou oasis hydrothermales), en passant par les récifs coralliens, les mers polaires glacées, les environnements sur-salés des lagunes et des « lacs » salins profonds, ou encore les milieux quelque peu dessalés des fjords, lochs et estuaires. Présente à toute latitude et à toute profondeur, la vie marine se distribue dans l’océan selon différents gradients environnementaux qui influencent également le fonctionnement des écosystèmes marins.

Dans toute sa diversité, la vie marine est extraordinairement abondante : tous les grands groupes sont présents dans l’océan et la plupart y sont nés. Le krill, la petite crevette qui sert de nourriture aux baleines, est dans le top 5 des espèces animales les plus prolifiques sur Terre (des milliers de milliards d'individus). L'océan héberge aussi 1030 virus, soit plus que toutes les étoiles de l'univers connu. Les poissons y pullulent par centaines de milliards, ou du moins y pullulaient avant que des pressions de pêche ne fassent dangereusement décliner les stocks.

Les écosystèmes marins sont largement plus anciens et plus vastes que les écosystèmes terrestres et le recensement de leur biodiversité n’est encore que fragmentaire. De manière globale, on peut estimer que 70% à 80% des espèces marines restent à découvrir et plusieurs « boîtes noires » sont d’immenses réservoirs de biodiversité (vers nématodes, minuscules radiolaires, bactéries, virus, etc.). Dans tous les milieux étudiés à l’aide des nouvelles méthodes de séquençage génétique de la biodiversité, celle-ci se révèle bien supérieure aux estimations basées sur l’observation anatomique des organismes. En effet, des pans entiers de diversité échappent aux analyses morphologiques, essentiellement dans le monde microbien (virus, procaryotes, protistes), tandis que les espèces cryptiques, similaires morphologiquement mais différentes génétiquement, abondent dans les fractions visibles du vivant (protistes, plantes, animaux).

Depuis longtemps, il était acquis que les habitats littoraux étaient fort diversifiés et que les habitats du large, benthiques ou pélagiques, l’étaient très peu. Cette image d’Épinal du monde marin a considérablement évolué ces dernières années. Même si les domaines hauturiers et profonds sont plus homogènes à large échelle que le côtier, ils se présentent néanmoins comme une mosaïque d’habitats. Il convient de prendre en compte leur complexité dans les approches écosystémiques de l’océan, particulièrement lorsque les environnements benthiques sont concernés.

Un exemple. Les oasis hydrothermales découvertes à la fin des années 1970 et qui jalonnent les dorsales ont, dans un premier temps, semblées toutes identiques du Pacifique, à l’Atlantique ou à l’océan Indien. Si ces écosystèmes sont en effet similaires et abritent des communautés (bactéries, vers, crustacés…) comparables, ce ne sont pour autant pas les mêmes espèces qui sont présentes dans chaque bassin.  Les « paysages » se ressemblent, mais leur richesse spécifique est bien différente de celle envisagée initialement.

 

Les humains et la mer

L'humanité ne s'y est pas trompée, les océans peuvent fournir des ressources abondantes (nourriture, sable, gravier, minerais, etc.), si abondantes qu'on les a longtemps crues inépuisables. La mer a été le berceau de nombreuses civilisations florissantes ou conquérantes (les phéniciens, les vikings, les polynésiens, les populations de Carthage, Venise la Sérénissime, Amsterdam, etc.). L'humanité est depuis toujours profondément attachée à la mer, qui lui a donné et permis beaucoup, mais cet âge d'or pourrait bien être révolu tant les pressions deviennent intenses, sur les littoraux comme au large.

Bien que les pressions anthropiques en mer puissent paraître moins intenses et souvent moins directes qu'à terre, elles prennent depuis plusieurs décennies une importance grandissante et elles touchent des environnements de plus en plus divers, y compris ceux qui sont les plus éloignés du cadre de vie de l'espèce humaine, comme les zones profondes ou polaires ou comme l’océan du large où se regroupent nos déchets plastiques dans de vastes gyres.

Les principaux effets de l'action de l'homme y sont la surexploitation des ressources, les pertes d’habitats et l’artificialisation des milieux, particulièrement sensible sur les côtes. Ces impacts conjugués à l’installation massive de populations humaines sur les littoraux (60% de la population mondiale vit à moins de 100 kilomètres d’une côte) a conduit à l’émergence d’environnements au sein desquels la prédominance de l’emprise anthropique est telle, qu’on peut les qualifier de socio-écosystèmes très fortement anthropisés[1], véritables nouveaux biomes qui peuvent être vus comme des systèmes couplés homme-nature. En effet, ces systèmes associent des éléments multiples, interconnectés et interdépendants, dont les deux composantes principales restent d’une part, l’écosystème dans tous ses aspects biotiques et abiotiques, c’est-à-dire un milieu spécifique aux potentialités diverses, subissant ou exerçant des contraintes très fortes et, d’autre part, un système social très prégnant. L’Homme et son action, par une pression pérenne et très forte, affectent de manière prépondérante les différentes composantes de ces systèmes très fortement artificialisés ; ils sont la clef d’entrée majeure de leur compréhension.

 

Les sciences de la mer

A priori, les sciences de la mer ne relèvent pas de champs disciplinaires qui seraient totalement originaux et exclusifs. Les concepts fondamentaux et cadres théoriques qui fondent les recherches en écologie, systématique, évolution et sciences de l’environnement sont les mêmes pour le domaine marin et le domaine continental. De surcroît, le cadre général (changement global, anthropisation) est assez similaire.

On pourrait avancer que les seules différences portent sur les objets étudiés et non pas sur leur nature profonde d’espèces, d’écosystèmes ou d’anthroposystèmes qui sont les mêmes qu’à terre. Pourquoi, alors, centrer une réflexion sur le marin ?

 

D’abord, il existe des approches particulières au domaine marin. Du fait même que nous soyons une espèce continentale, ce milieu nous est difficile d’accès : exploration comme expérimentation requièrent des moyens spécifiques (bateaux, sous-marins, capteurs, robots instrumentés étanches, plongée, aquariums…) qui contribuent à structurer la communauté scientifique concernée.

Ensuite, certaines caractéristiques du milieu marin (relative isotropie tridimensionnelle, densité du milieu, pression osmotique, relativement faible contenu en oxygène, effet tampon des masses d’eau, volumes offerts à la vie…) imposent des modalités de fonctionnement ou de réactivité des écosystèmes marins bien différentes de celles rencontrées en domaine terrestre (par exemple la mobilité des espèces sous contrainte climatique est presque dix fois plus rapide en mer qu'à terre). Ces caractéristiques peuvent conduire à des questionnements scientifiques adaptés, voire originaux.

Enfin, les enjeux de société sont spécifiques ; l’usage des ressources marines, comme leur accès, est radicalement différent de celui des ressources continentales : capture d’espèces sauvages, consommation de prédateurs supérieurs, difficulté d’accès, caractère international de l'essentiel de l'océan mondial ce qui implique une réflexion sur l’accès et au partage des ressources.

Bien que le milieu marin soit complexe et riche, les sciences de la mer sont encore une science jeune, du moins dès que l’on s ‘écarte du littoral. Cela du fait des difficultés d’accès ; songeons que la tectonique des plaques date de moins de 50 ans. Songeons qu’il y a moins de 10 ans la navigation de la goélette Tara nous a ouvert les yeux sur une diversité microscopique inconnue. Songeons que les missions d’exploration du Muséum national d’histoire naturelle (La planète revisitée) rapportent chaque année des moissons de nouvelles espèces d’invertébrés. Néanmoins l’histoire s’accélère et on peut constater sans exagération que les sciences de la mer s’apprêtent à ouvrir une nouvelle page véritablement fascinante.

Les développements technologiques de ces dernières années rendent désormais possible une approche globale du système océan, intégrant à la fois les dernières performances des modèles de la physique et de la chimie de l'océan avec les multiples données biologiques fournies par les nouvelles technologies de séquençage (NTS) ou avec l'élaboration des scénarios d'évolution de la biodiversité. La frontière franchie par les NTS offre notamment de nouveaux champs d'investigation tant pour l'évolution biologique, la biogéographie, ou le fonctionnement des écosystèmes. Du côté de l'océanographie physique et chimique, les modèles numériques s’améliorent considérablement et, depuis peu, il est envisagé de construire un jumeau numérique de l’océan. Cette initiative est remarquable car elle permettra de moduler certains paramètres de l’océan et d’en constater les effets de manière quasi expérimentale sans passer par de fastidieuses études de terrain. Certes, celles-ci resteront nécessaires, mais une approche holistique du système océan est désormais à notre portée car les conditions d’une fécondation croisée de l’océanographie et de la biologie marine sont réunies. Le succès de ce rapprochement se mesurera à l’aune des concepts nouveaux qui en découleront. On peut faire le pari de ce succès.

 

Pour conclure

On ne mesure pas dans notre vie quotidienne tout ce que nous devons à l’océan. On en connait les ressources halieutiques, les ressources d’aménité lorsque nous profitons du bord de la mer en été, les opportunités liées aux transports maritimes. Mais on oublie trop souvent le rôle de cette masse d’eau immense dans la régulation du climat : effet tampon pour la température, stockage du CO2, sans parler de l’importance du plancton dans le cycle de l’oxygène ou dans la formation des nuages.

Dans le contexte du changement global, il est essentiel d’être en capacité de répondre à la question des futurs possibles pour l’océan, pour sa biodiversité marine et pour les services écosystémiques associés. Quels changements en cours ? Quelles évolutions à venir ? Quelles adaptations escompter ? Autant de questions auxquelles la recherche, comme les acteurs politiques ou économiques devront répondre si l’on veut un futur souhaitable pour l’humanité sur cette planète dont la surface est majoritairement aquatique.

[1] On peut qualifier ces systèmes de socio-écosystèmes anthropoconstruits. L'homme est l’acteur prépondérant sur l'ensemble du système et de ses composantes.

 

 

Le football en France, le saviez-vous ?

 

La Coupe du monde de football 2022 se tient au Qatar du 21 novembre au 18 décembreL'équipe de France, aussi appelée les « Bleus », va devoir défendre son titre. L’occasion de revenir sur l’histoire du football en France, ses symboles, les secrets des joueurs. Vous verrez pourquoi il est plus difficile d’intégrer l’équipe de France que d’entrer à Beida !

01

© FRANCK FIFE / AFP

 

Le football est le sport le plus populaire en France avec plus de 4,6 millions de pratiquants soit près de 7% de la populationVenu d'Angleterre au XIXsiècle, le football est d’abord réservé à une jeunesse aisée. Il se démocratise au cours du siècle suivant, en raison notamment de la Première guerre mondiale qui contribue à diffuser les pratiques sportives en tant que moyen de distraction pour les soldats. De nos jours, le football est pratiqué aux quatre coins du territoire, dans toutes les catégories de population. Tous les jeunes footballeurs en herbe rêvent de jouer un jour pour l’équipe de France. Etre sélectionné en équipe nationale est également la consécration pour un jouer professionnel. Bien sûr, si les candidats sont nombreux, les élus sont rares. 26 joueurs seulement sont sélectionnés pour chaque compétition. Pour autant, les inscriptions aux clubs amateurs continuent d’augmenter chaque année et connaissent souvent des pics après chaque victoire à la Coupe du Monde comme en 2018. Cela sera-t-il à nouveau le cas cette année ?

 

 

 

02

 

 
Le coq gaulois est le symbole de l'équipe de France et ses couleurs sont celles du drapeau national, à savoir le bleu, le blanc et le rouge. Le coq est considéré comme un symbole de combativité et de fierté. L’un des plus célèbres supporters français, dit « Clément d’Antibes », vient régulièrement dans les stades avec un coq vivant.
 

© afp.com/EMMANUEL DUNAND

 

 

 
 

03

 

Le foot aujourd’hui, c’est aussi une affaire de stars. Et qui dit stars dit souvent anecdotes. En dehors des terrains, saviez-vous par exemple que Kylian Mbappé adore jouer au Monopoly ? Que Paul Pogba s’est déjà rendu sur la muraille de Chine ? Ou que l’entraîneur Didier Deschamps, qui a mené l’équipe de France masculine à la victoire lors de la Coupe du monde 2018, avait également gagné la compétition en tant que joueur en 1998 ?  
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04

 

\

 

En 2019, la France a accueilli pour la première fois de son histoire une Coupe du monde de football féminine. Avec 90 % des licenciés, le football est majoritairement pratiqué par les hommes en France. Cependant, la féminisation du sport est notable : le nombre de licenciées est fortement à la hausse en 2022 avec une augmentation de 15,5% sur un an.

 

 

 
 

05

 

Il n’y a pas une, mais 14 équipes de France de football. Outre les équipes professionnelles masculines et féminines, il faut également compter les équipes « espoirs » qui regroupent les meilleurs jeunes footballeurs, l’équipe de Futsal, l’équipe de « beach soccer » et l’équipe olympique ! 

 

 

 

06

 

En 2024, Paris accueillera les Jeux Olympiques près de 100 ans après la dernière édition tenue en France. Savez-vous depuis quand le football est une discipline olympique ? La réponse se trouve dans ce même paragraphe !

 

(Re)penser l’écologie #3 - La place des océans dans les sciences de l’environnement

La place des océans dans les sciences de l’environnement

 

Françoise Gaill

 

《Annales des Mines - Responsabilité et environnement》
Article initialement paru dans la revue Annales des Mines - Responsabilité et environnement 2016/3 (N° 83) et mis à jour en septembre 2022.
 
 

© Torben Schmitz

 
Vice-présidente de la plateforme océan et climat, Françoise Gaill est spécialiste des milieux profonds et en particulier de l’adaptation aux milieux extrêmes. Après avoir dirigé au CNRS le département environnement et développement durable, elle a mis en place un nouvel institut l’INEE (Ecologie et Environnement) et a été vice-présidente de l’alliance Allenvi (Alliance nationale de recherche pour l’environnement). Elle a parallèlement présidé le comité opérationnel « recherche et innovation » du Grenelle de la mer, et le comité stratégique et technique de la flotte océanographique (CSTF), avant d’être nommée première vice-présidente de l’Agence Française pour la Biodiversité.
Françoise Gaill a participé à plusieurs conseils scientifiques d’entités de recherche dont certaines qu’elle a administré. Elle a également participé aux travaux de la Fondation Européenne de la Science (ESF) ainsi qu’à plusieurs comités scientifiques internationaux. Elle a également participé aux travaux du cabinet de Ségolène Royal pour le volet international Océan/climat et fut membre du comité AcTe (accélérateur de la transition écologique) du ministre Nicolas Hulot.
Aujourd’hui conseillère scientifique à la direction du CNRS INEE, elle est vice-présidente de la plateforme océan et climat qu’elle a fondée. Elle participe au Comité pour la recherche marine, maritime et littorale du CNML (Conseil National de la Mer et des Littoraux) qu’elle a précédemment présidé, ainsi qu’à d’autres conseils scientifiques.
 
 
 

 

Les sciences de l’environnement sont récentes : leur reconnaissance institutionnelle date d’une quinzaine d’années. Il s’agit d’un champ scientifique regroupant un ensemble de disciplines et d’approches variées autour de l’environnement. Ce champ scientifique a été institué par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lors de la création de l’Alliance nationale de recherche pour l’environnement (AllEnvi), en 2010. Cette alliance vise aujourd’hui à coordonner les recherches françaises pour réussir la transition écologique et relever les grands défis sociétaux [1]. Treize thématiques sont identifiées pour relever ceux-ci, dont une seule sur la mer, ce qui permet d’emblée de situer l’importance relative des recherches réalisées dans le domaine marin.

 

D’ailleurs l’océan constitue-t-il vraiment un environnement ?

 

Oui, au sens où l’on qualifie un espace au travers de ses propres caractéristiques qui permettent de le définir comme une entité singulière. L’océan borde les continents. Or « ce qui entoure », « ce qui limite » est un des sens étymologiques du terme « environnement » [2]. Cette étendue liquide se différencie bien des parties continentales, qu’elle borde au niveau des littoraux, pour ce que nous en voyons. Ces dernières ne sont d’ailleurs que la partie émergée de l’iceberg, car cette rencontre terre/mer se prolonge jusqu’au plus profond de l’océan, l’océan se situant en réalité au-dessus du plancher océanique qui est la véritable interface terre/mer, même si ce que nous entendons généralement par « couple terre-mer » désigne des zones fortement anthropisées, comme les littoraux.

 

L’océan et le climat

Le néologisme « océanographie » a été créé en 1854, en Autriche, à partir du mot « Ozean » [2], auquel a été accolé la terminaison « graphie ». Ce nouveau terme nomme l’étude des océans et des mers de la Terre.

 

L’océanographie, qui est la discipline instituée s’intéressant aux océans, est multidisciplinaire : elle englobe des branches de la physique, de la chimie, des géosciences et de la biologie associée, mais c’est à la physique qu’elle doit son cœur de discipline et sa puissance de modélisation des rapports océan/atmosphère. Ce qui au départ a fait la force de l’océanologie, c’est d’ailleurs l’étude de cette interaction océan/atmosphère qui constitue une composante forte des sciences du climat. Cette vision de l’océan s’inscrit aujourd’hui dans l’étude dites des « enveloppes superficielles du système Terre », les distinguant ainsi des profondeurs terrestres [4].

 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) [7] vient de décider la rédaction d’un rapport spécial qui sera intitulé « Climat, océan et cryosphère », correspondant à une des priorités de la plateforme Océan Climat créée en 2014 en France [8] pour attirer l’attention des politiques sur le rôle majeur que joue l’océan dans le climat [9]. On oublie en effet trop souvent l’importance de l’océan pour le devenir de la planète et son rôle décisif dans le système climatique. L’océan couvre 70 % de la surface du globe, il absorbe environ 22 millions de tonnes de CO2 par jour, c’est-à-dire le quart du CO2 émis chaque année par l’homme dans l’atmosphère. L’océan est à l’origine de la moitié de l’oxygène que nous respirons et stocke 90 % du surplus de chaleur dû à l’effet de serre.

 

En tant que régulateur thermique [10], l’océan interagit de façon dynamique avec l’atmosphère pour assurer l’équilibre du climat, et ce, sur des temps longs. Plus chaudes au niveau des Tropiques, les eaux de surface remontent vers le Nord pour plonger dans les profondeurs après s’être refroidies (par exemple, dans la Mer de Norvège). Elles descendent alors à entre 2 000 mètres et 4 000 mètres de profondeur dans l’Océan Atlantique, le long du continent américain, avant de rejoindre les eaux profondes de l’Antarctique. Puis elles migrent vers les océans Indien et Pacifique, où elles remontent progressivement vers la surface : le cycle complet de ce transit dure près d’un millénaire ! L’excès de chaleur dû au réchauffement climatique absorbé par l’océan pourrait ralentir ce gigantesque tapis roulant, appelé « circulation thermohaline » [11], ce qui aurait pour effet de freiner en retour la capacité de l’océan à absorber ledit excédent de chaleur.

 

Qu’adviendrait-il ainsi de l’évolution du climat, si l’océan n’était pas là pour jouer un rôle de modérateur et jusqu’à quand sera-t-il en mesure d’assurer un tel rôle ? [8]. Il est encore trop tôt pour le dire, mais les résultats scientifiques montrent que l’océan tempère le changement climatique [12], qu’il est un puits de carbone et un accumulateur de chaleur, mais qu’il est, lui aussi, en train de changer. Depuis une trentaine d’années, les eaux de surface se réchauffent en moyenne de 0,2°C par décennie. Certains indices du ralentissement du « tapis roulant » ont déjà été relevés dans l’Atlantique Nord. Mais on manque de données pour démontrer sérieusement l’existence d’un changement dans la circulation océanique elle-même. Selon Thomas Stocker [13], on s’attend à un accroissement de la fréquence et de l’intensité d’événements climatiques extrêmes, comme les tempêtes, les cyclones ou les moussons. Une conséquence du réchauffement des eaux de surface est en tous cas d’ores et déjà palpable : dans l’une des régions de l’océan qui s’est réchauffée le plus rapidement au monde entre 2004 et 2013, le Golfe du Maine (qui se situe sur la côte Est de l’Amérique du Nord), le stock de morue a brusquement décliné au cours de cette même période.

 

Le réchauffement de l’atmosphère entraîne mécaniquement celui des eaux salées. En effet, l’océan se dilate, et donc le niveau de la mer s’élève, et ce d’autant plus vite que la fonte des glaces s’accélère. Prendre l’océan en compte dans le système climatique est désormais une des priorités du GIEC, qui avait défriché cette question dans son 5ème rapport, attirant l’attention sur cet environnement majeur dans le système climatique. Les modèles envisageaient, il y a encore peu, une hausse minimale du niveau des mers d’un quart de mètre dès la fin du siècle, avec un maximum de 80 centimètres. Et les dernières publications montrent que si l’on tient compte de la fonte des glaciers de zones non prises en compte initialement dans les modèles du GIEC (pour différentes raisons) comme le Groenland et l’Antarctique [14], l’élévation du niveau des mers pourrait atteindre près d’1,20 mètres à la fin du XXIe siècle. On en voit d’emblée les conséquences catastrophiques pour les populations humaines et leur environnement : érosion, affaissements, submersion partielle (voire disparition totale) de certaines îles. Et les estimations actuelles indiquent que la moitié des espèces marines abritées dans les récifs coralliens pourraient avoir disparu à l’horizon 2050 [8]. On comprend donc aisément l’inquiétude des États insulaires et leur attachement à voir les océans pris en considération dans les questions climatiques.

 

 

L’océan et la biosphère

 

Il est une vision de l’océan qui décentre l’objet visé non plus vers sa partie physique mais vers le vivant, faisant de l’océan un environnement particulier de l’ensemble « biosphère ».

 

Le World Ocean Assessment publié par les Nations Unies en 2015 [15] (mais trop souvent passé inaperçu) a identifié cet aspect. Mais c’est le programme Tara Océans [16] qui a été le premier à illustrer cette vision de l’océan en s’intéressant d’abord au vivant et à sa biodiversité pour structurer l’expédition éponyme et organiser des coopérations avec des océanographes. Tara Océans est le premier programme de recherche d’envergure in natura à avoir envisagé l’océan tel que l’on peut le voir en tant qu’environnement ou qu’écosystème, car l’écosystème étudié est présenté dans Océanomics [17] comme le plus grand des écosystèmes planétaires.

 

L’océan est ainsi diversement apprécié par les divers acteurs concernés. Enveloppe fluide du système Terre (si l’on se place du point de vue de l’océanographe), environnement incluant un écosystème planétaire (comme le plancton) pour Tara Océans ou, plus récemment, et plus simplement, « écosystème », puisque le préambule de la Convention de Paris de décembre 2015 (COP 21) mentionne, pour la première fois et de manière explicite, l’existence de l’océan en le considérant non pas comme un environnement, mais comme un écosystème. Et l’océan y est d’ailleurs plutôt identifié comme étant un ensemble d’écosystèmes puisqu’il parle d’océans au pluriel (quand les Nations Unies définissent l’« Océan » comme le système englobant la diversité des milieux océaniques. Le passage mentionnant l’océan dans la Convention de Paris est le suivant : « Notant qu’il importe de veiller à l’intégrité de tous les écosystèmes, y compris les océans, et à la protection de la biodiversité, reconnue par certaines cultures comme la Terre nourricière, et notant l’importance pour certaines de la notion de ”justice climatique”, dans l’action menée face aux changements climatiques».

 

L’Océan, cet ensemble d’océans spécifiques, serait alors le plus grand écosystème planétaire.

 

Mais les questions scientifiques qui se posent en milieu marin ou en milieu terrestre sont-elles si différentes ?

 

A priori, il n’y a aucune raison, du point de vue disciplinaire, à ce qu’il y ait une spécificité des sciences de la mer, si ce n’est la spécificité des approches en elles-mêmes. En effet, l’océan est plus difficile d’accès que l’espace continental et des infrastructures dédiées à son étude se sont fait jour au cours de l’histoire des sciences [18]. Les marins ont eu besoin de navires océanographiques ou de stations marines, et plus récemment se sont développées des instrumentations sous-marines (sous-marins, drones ou gliders) et des approches satellitaires.

 

Il existe également de nouvelles infrastructures, comme les Observatoires Génomiques (GO, pour Genomics Observatories) [19]. Ces dispositifs ont pour objectif de quantifier les interactions biotiques d’un écosystème et d’élaborer des modèles de la biodiversité pour prédire la qualité et la distribution des services écosystémiques. Ils sont répartis sur l’ensemble de la planète et beaucoup d’entre eux sont marins (Criobe en Polynésie, Roscoff et Banyuls). Organisés en réseau, ils représentent le « pouls de la planète », avec pour objectif de promouvoir un développement soutenable grâce à une meilleure compréhension des interactions entre l’homme et son environnement. Des données génétiques sont reliées aux données biophysiques et socio-économiques, qui permettent d’observer le flux de la variation génétique dans les écosystèmes humains et naturels et d’intégrer ces informations dans des modèles prédictifs.

 

 

Quelques questions ouvertes

 

Mais, en fait, les caractéristiques de l’espace-temps de l’environnement marin peuvent être considérées comme spécifiques, de par les caractéristiques physiques du milieu et de ses dimensions au regard de l’échelle du vivant, en termes de continuité spatiale et de dynamique temporelle. La vie est certes apparue dans les océans. Mais c’est après sa sortie des eaux que sa diversification a explosé à une époque relativement récente [18]. Les dimensions spatiales de l’océan sont gigantesques à l’échelle du vivant et de l’évolution de la biosphère et de la dynamique de ce milieu, ainsi que du point de vue de son importance dans le fonctionnement du système Terre. Elles le sont également du point de vue de leur faible anthropisation à l’échelle planétaire et de leur statut de patrimoine commun de l’humanité [20].

 

Cette biosphère marine est un ensemble de communautés juxtaposées, dont on ignore encore le fonctionnement et la nature des interactions. 250 000 espèces marines sont identifiées, ce qui est bien peu par rapport au nombre des espèces continentales [18]. Mais y a-t-il de bonnes raisons de penser que le nombre des espèces marines serait inférieur à celui des espèces des écosystèmes terrestres ?

 

Qu’en est-il de la connectivité en milieu marin et des échanges entre espèces ? Est-elle du même ordre que celle que l’écologie chimique met actuellement au jour dans les écosystèmes terrestres [21] ?

 

Qu’en est-il des échanges génétiques, des processus symbiotiques, des ensembles biogéographiques, des chemins évolutifs ?

 

Si ces questions sont abordées en ce qui concerne les écosystèmes littoraux, peu de choses sont connues sur ceux de la haute mer (à l’exception de l’écosystème planctonique exploré par Tara Océans).

 

On pense, par exemple, aux écosystèmes profonds qui se sont développés autour des dorsales océaniques en utilisant non pas la photosynthèse, mais la chimiosynthèse, dont on ignore encore l’universalité du phénomène à l’échelle des systèmes océaniques [22].

 

Il en va tout autant de l’espace gigantesque de bio-prospection qui reste à explorer, qu’il s’agisse des ressources génétiques potentielles ou des biotechnologies marines qui pourront être développées.

 

 

Le monde marin dans les sciences de l’environnement

 

Malgré son importance en termes de surface planétaire occupée (puisqu’il représente près des deux tiers de la surface de la Terre et qu’il est le premier volume de biosphère), on voit que l’océan est mineur dans le périmètre d’AllEnvi, qui « fédère, programme et coordonne la recherche environnementale française pour relever les grands défis sociétaux » [1]. Et l’on voit, par la même occasion, que l’enjeu « mer » n’apparaît pas comme aussi déterminant que peuvent l’être d’autres grands défis sociétaux, comme l’alimentation, l’eau, le climat et la préservation des territoires.

 

En juillet 2009, le Grenelle de la Mer insistait sur « l’abyssal besoin de connaissances ». Cette affirmation reste d’actualité, tandis que se font jour des impératifs internationaux, européens et nationaux relatifs au milieu océanique. L’objectif de l’Union européenne de restaurer et de maintenir un bon état écologique des eaux marines à l’horizon 2020 [23] est ainsi indissociable de l’obtention de données scientifiques et du développement de nouvelles approches [24]. Qu’il s’agisse de l’évaluation de l’état écologique des eaux ou de celle de l’impact environnemental des activités humaines, de la définition d’un bon état écologique, ou bien encore de la définition des objectifs et indicateurs associés et de l’application de programmes de surveillance et de mesure, l’ensemble des recherches actuelles attestent de la vitalité du domaine considéré.

 

Et depuis la COP 21, quelque chose a changé, en France, dans la manière d’aborder l’océan, notamment avec le vote de la loi Leroy sur l’économie bleue [25] et l’apparition du mot « mer » dans l’intitulé du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. La décennie en cours marque également une période de prise de décisions importantes au sein du système des Nations Unies et de processus régionaux concernant la gouvernance de l’Océan avec, notamment, à court terme, les négociations pour la définition d’un instrument international de gouvernance de la biodiversité en haute mer (BBNJ) [26]. La notion de bien commun est convoquée, comme celle de patrimoine commun de l’humanité [20].

 

Le milieu marin est en quelque sorte, pour les sciences de l’environnement, ce que la mer est à la société actuelle, à savoir une inconnue, un territoire ignoré, un continent à découvrir. Mais en dehors de l’exploration elle-même, ce que peut apporter ce milieu aux sciences de l’environnement, c’est une manière de repenser ce domaine, non seulement d’en explorer des espaces inconnus, mais aussi d’en enrichir les problématiques. Car cet environnement sous-évalué du point de vue de la biodiversité et non encore anthropisé (sinon à sa périphérie) peut être source de références pour des questionnements liés à l’évolution ou ayant trait aux processus d’adaptation, aux fonctionnements écosystémiques ou aux structurations des communautés.

 

Si ces modèles d’une grande diversité restent à explorer, la définition des caractéristiques d’un grand nombre d’écosystèmes, de leurs habitats, de leurs interactions et de leur dynamique est l’un des enjeux majeurs de l’étude du vivant actuel. Et qu’il s’agisse des solutions fondées sur la nature impliquant la mise en place d’aires marines protégées ou d’enjeux économiques basés sur la richesse potentielle des énergies marines, des ressources minérales [27] ou des biotechnologies marines (sans oublier toutes les techniques liées aux sciences de l’ingénieur), il est évident que le fait de disposer d’un espace naturel non encore exploré (et donc non exploité) représente une promesse d’avenir formidable.

 

 

Françoise Gaill

1

http://www.Allenvi.fr

2

Pour la définition des termes « environnement » et « océan », voir : https://fr.wikipedia.org

3

http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Le-Grenelle-Mer-de-2009-a-2012-.html

4

http://www.fondationdelamer.org

5

http://www.cnrs.fr/inee/ et http://www.insu.cnrs.fr/

6

http://www.ifremer.fr

7

https://ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml

8

http://www.ocean-climate.org/

9

http://www.liberation.fr/terre/2015/06/04/cop-21-on-a-oublie-d-inviter-l-ocean_1323052

10

SPEICH (S.), REVERDIN (G.), MERCIER (H.) & JEANDEL (C.), L’océan réservoir de chaleur, fiches scientifiques, Plateforme Océan Climat, 2015, pp. 8-13.

11

MOSSERI (R.) & JEANDEL (C.) (Eds), Le Climat à découvert, CNRS Éditions, 2013.

12

GAILL (F.), « Océan et climat : un inséparable couple », Marine et Océans, n°249, 2015, 22 p.

13

STOCKER (T.F.),”The silent services of the world ocean”, Science, n°350, 2015, pp. 764-765.

14

De CONTO (R.M.) & POLLARD (D.),”Contribution of Antarctica to past and future sea-level rise”, Nature, n°531, 2016, pp. 587-591.

15

http://www.worldoceanassessment.org/

16

http://oceans.taraexpeditions.org/

17

Oceanomics : http://www.oceanomics.eu/

18

DAVID (B.), OZOUF (C.), TROUSSELIER (M.) & al., Mondes marins : voyage insolite au cœur des océans, CNRS Éditions et Cherche Midi, 2013, 182 p.

19

JOLY (D.), FAURE (D.) & SALAMITO (S.), L’empreinte du vivant, CNRS Éditions et Cherche Midi, 2015.

20

LAMY (P.), « Le Bien commun, nouveau paradigme de la gouvernance des océans », Revue Maritime, n°505, 2015, pp. 40-47.

21

HOSSAERT McKEY (M.) & BAGNÈRES-URBANY (A.G.), Écologie chimique : le langage de la nature, CNRS Éditions et Cherche Midi, 2012, 192 p.

22

LEVIN (L.) & LE BRIS (N.),”The deep ocean under climate change”, Science, n°350, 2015, pp. 766-768.

23

GAILL (F.), « Quel devenir pour l’océan et ses littoraux », in Quelles solutions face au changement climatique ?, LAVILLE (B.), THIEBAULT (S.) & EUZEN (A.) (eds), CNRS Éditions, 2015, pp. 148-154.

24

MOULINIER (H.), « La Stratégie maritime de la France et ses perspectives », in Annales des Mines, Responsabilité et environnement, n°70, avril 2013, pp. 81-87.

25

http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/economie_bleue.asp

26

http://www.un.org/depts/los/biodiversity/prepcom.htm

27

DYMENT (J.), LALLIER (F.), LE BRIS (N.), ROUXEL (O.), SARRADIN (P.-M.), LAMARE (S.), COUMERT (C.), MORINEAUX (M.) & TOUROLLE (J.) (coord.), « Les impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes. Expertise scientifique collective », rapport, CNRS, Ifremer, 2014, 930 p. : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Expe